C'est mon arbre : un livre pour les 4-5 ans sur la propriété

  • A
  • A
Il était une fois est une chronique de l'émission La voix est livre
Partagez sur :

Comme chaque semaine, nous vous présentons un livre jeunesse. Aujourd'hui, Victor Dhollande vous conseille C'est mon arbre

Tous les parents qui ont de jeunes enfants le savent, la propriété, c’est quelque chose qui arrive très tôt, parfois même avant la parole. Et pour les un peu plus grands, ceux qui maîtrisent déjà le langage, voici le genre de phrases qu’on peut entendre dans une chambre d’enfants quand ils jouent à plusieurs. "C’est à moi". "Non c’est à moi". "Mais, non je te dis que c’est à moi"... C’est mon arbre*, un très bel album pour les 4-5 ans, raconte justement l’histoire d’un écureuil qui adore SON arbre et SES pommes de pin. Mais très vite, il se demande ce qu’il lui arriverait si SON arbre n’était plus SON arbre mais celui de quelqu’un autre. 

Un mur en guise de protection. Pour protéger son arbre et ses pommes de pin, l'écureuil imagine la construction d’un portail. Il pense ensuite à une palissade et enfin à un mur... un mur toujours plus grand, toujours plus long...  Cet album autour de la propriété, Olivier Tallec l’a imaginé à partir d’une phrase de Jean-Jacques Rousseau. "Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire 'Ceci est à moi' et trouva des gens assez simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile [...] Vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à tous et la terre n'est à personne".  

Un clin d’œil évident à l'actualité. L’écureuil va donc poursuivre une sorte de monologue, un délire paranoïaque autour de son arbre. Au-delà de la propriété, il y a bien sûr l’idée de l’acceptation des autres qui est mise en avant. Et avec le mur, Olivier Tallec fait un gros clin d’œil à l’actualité et à ceux qui érigent des frontières toujours plus cadenassées pour se replier sur eux-mêmes.  

Une histoire qui fait d'abord sourire les enfants. L'écureuil est dessiné avec beaucoup de talent par Olivier Tallec, il apparaît très malicieux. Puis, je ne vous raconte pas la fin, mais les questions et les agissements de cette petite bête interrogent les jeunes lecteurs. "Il faut partager", explique Léon. "Pas tout le temps mais il faut quand même partager de temps en temps".

* C’est mon arbre d’Olivier Tallec (éditions Pastel)