Les recettes des radars flambent de 10% et dépassent le milliard d’euros !

  • A
  • A
3:19
Le monde bouge est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Les radars rapportent toujours plus à l'État, on a franchi la barre du milliard d'euros de recettes.

Le nombre de flash a augmenté de 10% l'an dernier.
Il faut dire que les radars sont toujours plus ingénieux : radars feux rouges, radars double sens, radars mobiles sur les zones de travaux, radars différenciants, capables de faire la différence entre un camion et une voiture et surtout le redoutable radar embarqué dans une voiture banalisée surnommé la "mitrailleuse à PV".

Les recettes vont continuer à augmenter cette année, avec la limitation à 80 kilomètres/heures !

La mesure doit être effective dès cet été, à partir du 1er juillet. Le gouvernement prévoit 400 millions d'euros de recettes supplémentaires pour cette année.

Faut-il pour autant parler de "Jackpot" ?

Justement non ! En face de ces recettes, les accidents de la route coûtent chaque année près de 40 milliards d'euros.
Car, il y a les morts (3.400 décès) et les blessés graves (environ 28.000).
Il y a donc les coûts d'hospitalisation mais surtout des milliers d'actifs qui ne pourront plus jamais travailler avec des invalidités à vie qu'il faut indemniser. Avec les assurances privées, la facture totale atteint même les 50 milliards d'euros.
On est donc très loin du milliard d'euros de recette des radars.

Pourtant, les Français sont majoritairement hostiles à la limitation de vitesse à 80 km/h.

La vitesse reste la dernière incivilité socialement acceptée sur la route, c'est ce que montre le baromètre Axa sur la prévention Routière.
Autant, en matière d'alcool et de téléphone au volant, les Français veulent plus de sévérité. En revanche, en matière de vitesse, 78% reconnaissent faire des excès de vitesse.
Sur ces routes secondaires, plus d'un Français sur deux reconnait rouler à plus de 100 kilomètres/heures.
Pas étonnant que la limitation à 80 soit rejetée par les trois quarts des Français. Pourquoi ? Parce qu'aller vite et appuyer sur l'accélérateur est associé à une notion de liberté. C'est pour ça d'ailleurs que les voitures ne sont pas bridées.
On rappellera néanmoins que la vitesse est responsable d'un accident sur trois.
En tous les cas, on ne peut pas accuser le gouvernement de vouloir se faire de l'argent avec la sécurité routière.
On rappelle les chiffres : les radars rapportent un milliard mais, en face, les accidents coutent près de 50 milliards.