Crise monétaire : le FMI vole au secours de l’Argentine

, modifié à
  • A
  • A
2:52
Le monde bouge est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h30 - 9h
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Crise financière en Argentine. L'Argentine qui doit se résoudre à appeler le FMI au Secours.

Pourtant le FMI est détesté en Argentine, il est rendu responsable de la grande crise de 2001 qui a ruiné les Argentins avec de violentes manifestations qui ont fait 20 morts.

Que se passe-t-il aujourd'hui ?

C'est vraiment l'effet papillon.
Tout part des États-Unis, où l'on commence à relever les taux d'intérêts ce qui n'est pas sans conséquence.
Si les taux sont plus élevés, c'est comme pour le livret A, cela veut dire que les placements en dollars sont plus rémunérateurs et plus attractifs. Et donc, le dollar monte.
Le dollar monte contre toute monnaie. Contre l'euro bien sûr, mais aussi et surtout contre les monnaies plus fragiles qui, elles, peuvent franchement décrocher.
C'est le cas du peso argentin. L'Argentine est un pays miné par les déficits et l'inflation (25% d'inflation en Argentine).
Du coup, la Banque Centrale d'Argentine est obligée d'intervenir et de relever ses taux d'intérêts à 40%.
Imaginez, des taux à 40%, ça fait cher, si vous voulez emprunter !
Et donc, c'est la crise au point que Buenos Aires appelle au secours le FMI.

Peut-on imaginer que cette crise monétaire se propage en Europe ?

Non et on peut dire merci à l'Euro. Les crises monétaires ne sont plus possible en Europe.
Car souvenez-vous, on connaissait des crises monétaires similaires en France. Le Franc était attaqué. La Banque de France devait alors, dans l'urgence, intervenir et relever les taux d’intérêts à plus de 10%.
C'est fini ! Pourquoi ? Parce qu'aujourd'hui, l'Euro est une monnaie tellement massive qu'elle est inattaquable. Un euro vaut un euro.
Mais, ce n'est pas forcément une bonne chose car ces attaques monétaires avaient une vertu, elles servaient d'alerte.
Les gouvernements ne pouvaient pas faire n'importe quoi, sous peine de voir leur monnaie attaquée.
Aujourd'hui, avec l'Euro, (on l'a vu en Grèce) un pays peut mener des politiques laxistes pendant très longtemps sans être inquiété. Mais au final, la crise se révèle bien plus grave.
C'est pourquoi avec l'Euro, il n'y a plus de crise monétaire. C'est très bien mais, du coup, il faut se surveiller soi-même et ça, ce n'est pas forcément plus facile !