Les géants du web répondent à Trump, les discussions traînent entre Canal+ et la LFP et le torchon brûle entre TF1 et Cyril Hanouna

  • A
  • A
8:30
Le journal des médias est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

Twitter a suspendu cette nuit le compte du président américain, Donald Trump. Facebook a par ailleurs suspendu le compte de Donald Trump pour 24 heures, même punition sur Instagram. TF1 a demandé à Cyril Hanouna d’arrêter de s’en prendre à Arthur, l’un de ses visages phare. Le groupe dit "refuser que ses animateurs fassent l’objet d’injures, de menaces ou de harcèlement". Cyril Hanouna a publié une vidéo où il refuse toute auto-critique et reproche au groupe de s’attaquer à la liberté d’expression et à la liberté de parodier. Les discussions entre la Ligue de football professionnel et le groupe Canal n’avancent pas très vite. 200 personnalités de la culture lancent un appel pour se faire vacciner contre le Covid.

La réponse de Twitter à Donald Trump. 

Le réseau social a suspendu cette nuit le compte du président américain. C’est une première ! Il pourra être réactivé vers 13h ce jeudi, mais à une condition : que le président sortant supprime trois tweets qui vont à l’encontre des règles de Twitter. Parmi eux, une courte vidéo publiée hier par Donald Trump. Il appelait ses partisans à quitter le Capitole, qu’ils avaient pris d’assaut quelques minutes plus tôt. Mais au passage, il réaffirmait une nouvelle fois que l’élection présidentielle avait été truquée et lançait à ses supporteurs qu’ils étaient “des gens très spéciaux” et qu’il les “aimait”. Si Donald Trump s’incline et qu’il supprime effectivement ces tweets, Twitter a prévenu : toute nouvelle infraction sera sanctionnée par une suppression permanente de son compte, suivi par 89 millions de personnes. Les autres réseaux sociaux majeurs ont également sévi. La vidéo a été supprimée par YouTube et Facebook. Le réseau social de Mark Zuckerberg a par ailleurs suspendu le compte de Donald Trump pour 24 heures. Même punition sur Instagram, qui appartient à Facebook.

Le torchon brûle entre TF1 et Cyril Hanouna

Le groupe a demandé à l’animateur de “Touche pas à mon poste” d’arrêter de s’en prendre à Arthur, l’un de ses visages phare. S’il insiste sur l’importance du droit à la parodie et à la critique, le groupe TF1, qui s’est exprimé dans “TV Mag”, dit refuser que ses animateurs fassent l’objet d’injures, de menaces ou de harcèlement. Il rappelle au passage les nombreux avertissements et sanctions du CSA reçus par Cyril Hanouna au fil des années, et dit espérer un changement d’attitude. Cette prise de parole de la Une est intervenue après une parodie du film “Le Professionnel”, diffusée lundi soir dans “Touche pas à mon poste”. Cyril Hanouna incarnait l’un des dirigeants de TF1 qui demandait à faire abattre le personnage joué dans le film par Jean-Paul Belmondo, mais qui avait ici le visage d’Arthur. En cause : les audiences en baisse de “District Z”, divertissement produit par Arthur.

Cyril Hanouna a répondu ?

Il a publié une vidéo hier après-midi sur Instagram où il refuse toute auto-critique. Petite précision, d’abord, “Touche pas à mon poste” n’est pas le seul talk-show en direct. “C à vous” est aussi en direct sur France 5. Et les critiques de Cyril Hanouna envers TF1 tombent mal. Il reproche au groupe de s’attaquer à la liberté d’expression et à la liberté de parodier… alors que les salariés du groupe Canal+, sur lequel il officie, reprochent exactement la même chose à leurs dirigeants. On pense évidemment au licenciement fin décembre du commentateur Stéphane Guy, qui a simplement rendu hommage à  l’antenne à son confrère Sébastien Thoen. Ce dernier avait lui aussi été licencié après avoir participé à une parodie d’une émission du groupe Canal+...

Un sketch évoquant Vincent Bolloré, patron du groupe Canal+, avait été censuré.

C’était un sketch de l’humoriste Edgar-Yves. Il a été coupé au montage lors de sa diffusion sur la chaîne Comédie+. C’était lundi soir. Il y évoquait notamment la corruption qui sévissait en Afrique et les hommes d’affaires qui y prospèrent, en citant Vincent Bolloré, le patron du groupe Canal+. Le sketch faisait partie d’un spectacle consacré aux nouveaux talents de l’humour, enregistré en novembre dernier, mais les téléspectateurs de Comédie+ en ont été privés. A la demande de l’artiste, assure le producteur de la soirée, joint par “Le Monde”. Selon lui, Edgar-Yves aurait été mécontent de sa prestation et aurait demandé à être coupé au montage. L’humoriste n’a pour l’heure ni confirmé, ni infirmé cette version des faits…

Les discussions entre la Ligue de football professionnel et le groupe Canal n’avancent pas très vite.

Selon “L’Equipe”, elles pourraient même se prolonger jusqu’au mois de février ! Le match OM-PSG, prévu le 7 février prochain, pourrait faire office de lancement de la nouvelle offre foot de Canal+ si un accord est conclu à temps. Cette information fait grincer des dents du côté des clubs de foot, dont les finances sont dans le rouge suite au défaut de paiement de Mediapro. Il faut dire que Canal+, qui devrait récupérer les droits cédés par le groupe sino-espagnol, n’est pas pressé. Selon le quotidien sportif, Canal aimerait s’allier à beinSports pour racheter les droits. Faute de soutien de sa part, le groupe de Vincent Bolloré aimerait obtenir des contreparties sur d’autres dossiers de la part de l’Etat. Et le temps joue en sa faveur. Signe que la LFP veut ménager son interlocuteur principal, elle lui a accordé les droits de retransmission du Trophée des champions, qui opposera le PSG à l’OM la semaine prochaine. Canal+ le co-diffusera avec Téléfoot, la chaîne du groupe Mediapro. Un geste significatif puisque M6 était également candidate pour retransmettre la rencontre en clair sur son antenne.

C’est le nouveau numéro de “Complément d’enquête” que France 2 consacrera ce soir à Eric Dupond-Moretti.

Le magazine s’est penché sur le parcours de l’actuel Garde des sceaux, nommé à la surprise générale par Emmanuel Macron en juillet dernier. L’occasion de découvrir comment cet homme venu d’un milieu modeste, est devenu l’un des avocats les plus connus de France. Comment il a plaidé des dossiers majeurs et comment il a utilisé les médias pour défendre ces clients. Mais le reportage propose aussi d’étudier ses rapports compliqués avec les magistrats, et interroge ceux qui l’accusent d’utiliser sa fonction pour régler ses comptes. Le co-réalisateur du reportage, Louis Milano-Dupont, a expliqué à Louise Bernard comment il avait réussi à convaincre Eric Dupond-Moretti de participer au sujet, mais aussi de venir répondre aux questions de Jacques Cardoze en plateau. “Dupond-Moretti : le coup d’éclat permanent”, co-réalisé par Julien Daguerre, c’est ce soir dans “Complément d’enquête” à 22h55 sur France 2. Et Eva Roque vous en parlera tout à l’heure dans son “Zapping du lendemain”.

200 personnalités de la culture lancent un appel pour se faire vacciner contre le Covid.

Elles veulent donner l’exemple, rassurer les sceptiques. Un sondage paru hier indique que seuls 38% des Français sont prêts à se faire vacciner, l’un des plus faibles taux au monde. Face à cette défiance, Daniel Auteuil, Zabou Breitman ou encore Audrey Fleurot et Gérard Jugnot se disent prêts à recevoir le vaccin dès que cela sera possible. A l’origine de cet appel, le comédien et metteur en scène Stanislas Nordey. Il a été inspiré par l’appel des 200 maires à se faire vacciner, lancé fin décembre. L’objectif est double : faire reculer la pandémie, évidemment, mais aussi permettre aux lieux culturels de rouvrir le plus tôt possible, et ainsi sauver ce qui peut l’être après une année extrêmement compliquée pour les artistes, mais aussi les producteurs, les propriétaires de théâtre ou encore les intermittents.

Le 8 février prochain, vous risquez peut-être d’être privé de Whatsapp !

L’application de messagerie ne sera plus accessible si vous n’acceptez pas la nouvelle version de sa politique de confidentialité. Parmi les modifications, l’obligation pour les utilisateurs de Whatsapp de partager leurs données avec Facebook, propriétaire de Whatsapp depuis 2014. Le groupe dirigé par Mark Zuckerberg assure que cette mesure permettra d’améliorer ses services et de proposer des publicités plus adaptées à ses utilisateurs.