La LFP pourrait créer sa propre chaîne, Romain Grosjean va commenter la F1 et un "Cash Investigation" sur les données personnelles

7:43
  • Copié

Au menu du journal des médias de ce jeudi : la Ligue professionnelle de football étudie la possibilité de créer sa propre chaîne pour diffuser les matchs de championnat dont Canal+ ne veut pas, le pilote français Romain Grosjean va commenter le Grand Prix de Monaco sur Canal+ et un "Cash Investigation" sur les données personnelles à la télé ce soir.

La Ligue de football professionnelle pourrait créer sa propre chaîne

L’idée serait de diffuser les matchs du championnat dont Canal + ne veut pas, soit 80% des rencontres de ligue 1 et 100% de celles de ligue 2. Le tout pour 10 à 11 euros par mois. Il s'agit d'une information du journal L’Equipe. Le projet a été présenté mercredi au conseil d’administration de la LFP et celui-ci s'est montré enthousiaste selon le quotidien sportif. Une décision définitive devrait être prise dans deux semaines.

Romain Grosjean en consultant de luxe sur Canal + ce week-end

Romain Grosjean, le pilote français qui a quitté la Formule 1 après un grave et spectaculaire accident fin novembre lors du Grand Prix de Bahreïn, va commenter l’une des courses les plus attendues de la saison, le Grand Prix de Monaco. Les essais libres commencent ce jeudi. Romain Grosjean va prendre, le temps d’un week-end, la place de Jacques Villeneuve. Il sera donc au côté de l’inamovible commentateur de Canal +, Julien Fébreau, qui est aussi son ami. Ce retour dans le monde de la F1 ravit Romain Grosjean qui connaît encore très bien les pilotes actuels.

Par ailleurs, Romain Grosjean sera au volant d’une Mercedes en juillet prochain pour une journée de tests privés en France. Mais cela, dit-il, ne l’empêchera pas d’avoir une parole libre. Les qualifications du Grand Prix de Monaco auront lieu samedi à 14h45 sur Canal +. Le départ de la course aura lieu, lui, dimanche à 15 h. Et pour les plus accros, les essais libres se déroulent donc ce jeudi sur Canal+ Sport à 11 h 30.

Un nouveau numéro de "Cash Investigation" à voir ce soir sur France 2

Ce numéro est à la fois passionnant et terrifiant en ce qui concerne nos données personnelles, ces données que nous générons chaque jour en allant sur internet. Au programme, une enquête très riche et pleine de révélations, sur la carte Vitale notamment.

En regardant Cash Investigation ce jeudi soir, vous verrez comment, à notre insu, des applications collectent nos données, même les plus intimes ; comment certains logiciels permettent de récupérer des numéros de téléphone en échange d’un simple paiement (même ceux de ministres et de hauts fonctionnaires de police); ou encore comment les données de montres connectées regorgent d’informations qui permettent de comprendre notre personnalité.

En bref, l'émission montre à quel point de grandes entreprises ne respectent pas les règles et profitent de nombreux dysfonctionnements. Mais l’émission évoque aussi quelques solutions. "Nos données personnelles valent de l'or !", un nouveau numéro de "Cash Investigation" à retrouver ce soir à 21 h 05 sur France 2. L'épisode est déjà en ligne sur France.tv. 

Deux journalistes vont être jugés pour "chantage"

À l'issue d'une enquête qui a duré près de six ans, ces deux journalistes vont être jugés en correctionnelle sur décision de juges d’instruction. Eric Laurent et Catherine Graciet sont soupçonnés d’avoir fait chanter le roi du Maroc. On leur reproche d’avoir négocié une grosse somme d’argent (deux millions d’euros) contre l’abandon de révélations présentées comme embarrassantes sur le souverain. Eric Laurent affirme que c’est l’émissaire du royaume qui lui a proposé un accord financier. La monarchie assure que la proposition venait du journaliste.

L’ONG Reporters sans frontières lance un nouvel outil pour lutter contre la désinformation

L'ONG Reporters sans frontières a lancé une plateforme baptisée "Journalism Trust Initiative" destinée aux médias. Elle doit leur permettre d’obtenir une certification de qualité, une sorte de preuve que leur processus de production de l’information est fiable. Pour obtenir cette certification, qui pourra être valorisée sur Google ou Facebook, il faut remplir 130 critères, parmi lesquels la transparence financière, la transparence sur les actionnaires, l’indépendance éditoriale, le respect de la déontologie...

Une cinquantaine de médias internationaux testent actuellement cette plateforme, dont l’AFP et France Télévisions.