"Demain nous appartient" sacrée meilleure série, Édouard Philippe s'engage pour les éditeurs de presse et "Télématin" dans la tourmente

, modifié à
  • A
  • A
6:34
Le journal des médias est une chronique de l'émission Culture médias
Partagez sur :

La série quotidienne de TF1 a fait une véritable razzia à la quatrième édition des Soap Awards, Édouard Philippe prend partie pour les éditeurs de presse face à Google et les journalistes de l'émission "Télématin" envisagent de se tourner vers les Prud'hommes.

"Quoi ma gueule, qu’est-ce qu’elle a ma gueule", après la chanson de Johnny, bientôt le documentaire de France 3.

"Qu’est-ce qu’elle a ma gueule : enquête sur les discriminations au travail", c’est le nom du numéro de "Pièce à conviction" que diffuse France 3 ce mercredi.
L’émission s’intéresse aux discriminations professionnelles et notamment celles qui frappent les candidats à l’embauche. L’émission est particulièrement révélatrice de la manière dont certaines entreprises françaises mettent des barrières à tout un pan de la société. Il existe en fait 24 critères de discrimination comme l’âge, l’origine ethnique, l’orientation sexuelle, le sexe évidemment et même le lieu d’habitation.
Le problème, c’est que ces comportements sont extrêmement compliqués à prouver. Une discrimination qui se passe au sein de l’entreprise mais également avant même d’y entrer. Ces barrières à l’entrée font partie de ce qui est le plus marquant.
"Pièces à conviction" consacré aux discriminations dans le monde de l’entreprise, c’est ce mercredi sur France 3, à 22h45.

On en sait un peu plus sur ce qui se passe du côté de "Télématin", l’émission de France 2 se déplume de jour en jour.

Certains membres de l’équipe s’estiment maltraités par leur direction. Ce mardi, le site de Télé Loisirs a révélé que le nœud du problème vient en fait de négociations contractuelles.
France 2 a proposé aux chroniqueurs de "Télématin" de remettre à plat les conditions qui les lient au groupe en leur proposant un contrat à durée indéterminée. Mais parfois avec des rémunérations inférieures de 30 à 40% par rapport à leur salaire actuel, toujours selon Télé Loisirs.
Forcément de quoi faire bondir les personnes concernées qui, par ailleurs, n’ont pas eu le loisir de négocier, c’était à prendre ou à laisser. Ceux qui ont décidé de ne pas accepter la proposition n’ont toutefois pas abandonné la partie, écrit l’hebdomadaire, et vont porter l’affaire devant les Prud’hommes.
C’est le cas par exemple d’Isabelle Chalençon qui a témoigné ce mardi matin sur CNews. L’ex-chroniqueuse affirme avoir été victime de harcèlement moral de la part de sa direction.

Ce mardi à l’Assemblée nationale, Édouard Philippe est entré dans le débat qui oppose Google et les éditeurs de presse français.

Les premiers veulent que Google passe à la caisse et accepte un meilleur partage de la valeur générée grâce à leurs contenus. Google a évidemment dit "niet" et proposé une solution cynique ou maline (selon le point de vue), qui lui permet de contourner la nouvelle loi française sur le droit d’auteur. Édouard Philippe qui monte au créneau, c’est un signal plutôt encourageant pour les éditeurs de presse. Reste que cette sortie ne s’est accompagnée d’aucune proposition concrète ou même de menace vis à vis de Google.

Qui sont les grands vainqueurs de la 4e édition des Soap Awards ?

La quatrième cérémonie des Soap Awards a consacré "Demain nous appartient". Le feuilleton de TF1 a raflé les prix de "meilleur comédien" pour Clément Rémiens, "meilleure comédienne" pour Ingrid Chauvin, "meilleur nouveau personnage" pour Vanessa Demouy qui incarne Rose et grande victoire donc une scène qui a "marqué le jury à tout jamais". La razzia n’aurait pas été totale si "Demain nous appartient" n’avait pas également raflé le "Soap Award de la meilleure série".