Le FN pris la main dans le pot de fake news

SAISON 2017 - 2018
  • A
  • A
Partagez sur :

Chaque matin, Sylvain Chazot du Lab d'Europe 1 nous dévoile les coulisses de la politique.

Le FN pris la main dans le pot à confiture.

De la confiture à base de fake news. Sylvain Chazot nous explique comment le Front national a créé et diffusé une fausse info durant la présidentielle.

Un faux témoignage diffusé durant la présidentielle et accusant Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions, de faire campagne pour Emmanuel Macron refait surface aujourd’hui.

C’était le 16 mars 2017 et David Rachline, alors directeur de campagne de Marine Le Pen, diffusait une courte vidéo sur son compte Twitter avec un hashtag : #ErnotteGate. Un homme présenté comme un ancien collaborateur de Delphine Ernotte accusait cette dernière de rouler pour le candidat Macron. Cela confirmait les attaques du Front national qui présentait le candidat d’En Marche comme le chouchou des médias.
Surtout, cette vidéo faisait suite à la diffusion de deux documentaires mettant en cause le FN. Dans l’un d’eux, diffusé dans l'émission Envoyé Spécial, un témoin anonyme accusait deux proches de Marine Le Pen d'être des "nazis", de vouer un culte à Adolf Hitler.

Le FN ne s’est donc pas contenté de critiquer, il a également agi ?

Le témoignage diffusé par David Rachline est un faux. Selon BuzzFeed, il a été réalisé par le Front national. Le témoin que l’on entend est Christophe Boucher, prestataire du parti pour le web et ami de longue date de Marine Le Pen. L’entourage de la candidate FN a donc fabriqué de A à Z une fake news, fabriquée puis diffusée.

Ce n’est pas seule fausse information que des membres du FN ont partagé durant cette présidentielle ?

Il y a eu ce faux SMS envoyé par l’équipe Macron suggérant d’aller "tuer l'image" de Marine Le Pen lors d’un déplacement à Reims. Il y a eu ce faux sondage diffusé par Wallerand de Saint-Just, ces fausses accusations de Steeve Briois contre un reportage de C8.

Quelle est la position du FN concernant la volonté d’Emmanuel Macron de lutter contre les fake news ?

Ils sont contre ! Le 3 janvier, juste après les annonces d’Emmanuel Macron, Marine Le Pen avait posté deux messages sur Twitter pour faire part de son inquiétude. "La France est-elle toujours une démocratie si elle musèle ses citoyens ? Très inquiétant !" avait-elle écrit. Et écoutez ce que disait Jordan Bardella, le porte-parole du FN, sur BFMTV.
Une "source d'information alternative" certes mais une source de fake news aussi visiblement.

Les émissions précédentes