A la Une - Le référendum, un exercice d’intelligence collective ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
La revue de presse est une chronique de l'émission Trois heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, David Abiker scrute la presse papier et le web et décrypte l'actualité.

Bonjour David, pour cette revue de presse en public vous allez nous parler du référendum que voudrait organiser Emmanuel Macron pour sortir de la crise des "gilets jaunes".

Bonjour Nikos, bonjours à tous. Oui, mais d'abord je voudrais revenir sur le Parisien-Aujourd’hui en France qui nous livre ses conseils pour se faire embaucher.

L’année 2019 sera une excellente pour l’emploi avec des centaines de milliers de jobs à saisir : préparateur de commande, mécaniciens auto, chauffeurs livreurs, informaticien, assistant commercial, y a du boulot. Mais ailleurs dans la presse, le sujet n’est pas comment se faire embaucher, c’est plutôt comment se faire réembaucher avec un référendum quand on est président de la république. "Macron tenté par le référendum", c’est la Dépêche du Midi, "Le référendum en ligne de mire", c’est l’Est Eclair. 

Et ce matin les éditorialistes de la presse régionale s’en méfient comme de la peste de ce référendum : "Une boite de Pandore", dit le Midi libre, "Un pari risqué" s’inquiète le Journal de la Haute MarneUne tentation se défie le Figaro comme si le référendum était un péché mignon sous la 5e république. Déjà très prudents quand le grand débat a été lancé, les journaux se pose des questions, des questions sur les questions qu’on pourrait poser aux Français via ce référendum, quelles questions ? Ben c’est toute la question.

Le train de vie de l’Etat et des élus en question ?

Faut-il réduire le nombre d’élus, faut-il réduire le train de vie de l’Etat, les ministres sont-ils trop bien payés ? "Des ronds-points au Grand débat en passant par les cahiers de doléances, le sujet est de toutes les discussions : l’Etat, ses élus et hauts fonctionnaires coûtent trop cher aux contribuables mais est-ce la réalité ?", se demande le Dauphiné, pas si sûr. On relira sur le sujet le Monde du 30 janvier dernier qui nous parlait de la méthode de Andrés Manuel López Obrador le président mexicain élu en décembre. Son slogan "pas de Gouvernement riche dans un pays pauvre".

Alors il a baissé son salaire de 60 %, il vient d’annoncer la mise en vente des 76 avions et hélicoptères et des 254 voitures et motos de la flotte gouvernementale. Sans oublier la suppression des pensions des anciens présidents. La question est faut-il imiter le Mexique au risque de sombrer dans la démagogie et dans l’antiparlementarisme ? Et puisqu’on parle d’argent, on lira Les Echos qui consacrent une enquête aux recettes record des sociétés d’autoroute. Plus de 10 milliards en 2017 et une autre qui revient dans le grand débat. Et si on renationalisait les sociétés d’autoroutes ? Voilà des sujets pour un référendum et de quoi stimuler l’intelligence collective.

L’intelligence collective mesurée par un QI ?

Le Figaro Santé se demande si on peut être plus intelligent collectivement. Autrement dit 1 + 1 peuvent-il faire 3. Ça vaut pour une réunion mais ça vaut pour le grand débat ou un referendum. Et on apprend qu’on peut mesurer aujourd’hui le Quotient intellectuel d’un groupe, non pas en additionnant les QI mais en ajoutant les quotients émotionnels autrement dit la capacité d’un collectif à s’écouter. Sauf que la psychologie des foules engendre la médiocrité explique Emile Servan-Schreiber spécialiste de l’intelligence collective. Même si internet connecte aujourd’hui des millions de cerveaux et permet d’interroger la multitude.

Pour que ça marche vraiment, il faut que chacun adhère, se sente responsable et ne parle pas pour ses propres intérêts mais pour l’intérêt général. Et le chercheur prend l’exemple de l’impôt sur la fortune. Il ne faut pas demander aux gens s’il faut le rétablir ou le supprimer dit-il, il faut les faire se prononcer sur les conséquences économiques réelles de son instauration ou de son abrogation. En fait c’est l’intelligence de la question posée qui fait l’intelligence de la réponse. C’est tout l’enjeu du référendum.

Patates, grenade dégoupillée et…référendum

Le Parisien-Aujourd’hui en France nous raconte ce matin qu’une grenade allemande de la 1ère guerre mondiale vient d’être découverte dans une cargaison de pommes de terre françaises à destination d’une usine de production de chips à Hong Kong. Une grenade dégoupillée de 8 cm de large et d’un kilogramme, dans un état instable donc. Selon les experts, l’explosif abandonné il y a 100 ans dans une tranchée devenue un champ de pomme de terre a été ramassée avec d’autres tubercules et désamorcée. Cette histoire de grenade dans les patates c’est un peu l’histoire du référendum. Soit le référendum donne la papate à celui qui pose la question soit il vous explose à la figure.