À la une : la fin des "5 fruits et légumes par jour", les radars endommagés, les documentaires complotistes

  • A
  • A
4:38
© Europe 1
La revue de presse est une chronique de l'émission Trois heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, David Abiker scrute la presse papier et le web et décrypte l'actualité. Mercredi il évoque la fin du slogan "cinq fruits et légumes par jour" et la facture salée des radars endommagés.

"5 fruits et légumes par jour", c’est fini, place aux conseils...

Vous vous rappelez de "mangez 5 fruits et légumes par jour" ? Eh bien Ouest-France nous explique ce matin que c’est fini. France Santé Publique propose de remplacer le slogan "5 fruits et légumes par jour" en vigueur depuis 2007 par trois conseils de comportement. Premier conseil nous dit Ouest-France : augmenter les fruit et légumes, augmenter l’activité physique, les légumes secs et les fruits à coq. Deuxième conseil : aller vers, aller vers le bio, aller vers le poisson gras et maigre, aller vers les aliments de saison, le pain complet, les huiles d’olive et de colza et enfin réduire la viande, la charcuterie, l’alcool, le sel, le sucre, les sodas, réduire aussi le temps passé assis. Cette campagne moins directive, elle nous prend pour des adultes, elle nous infantilise moins, elle nous conseille sans nous contraindre. Et ça c’est un signe des temps. Car plus vous obligez les Français, plus ils rechignent et plus ils se méfient.

La facture trop salée des radars endommagés

Un demi-milliard, c’est la facture qu’avance Le Parisien Aujourd’hui en France ce matin pour chiffrer le coût pour la collectivité des dommages subis par 60 % des 3.275 radars du pays. Comment le Parisien-Aujourd’hui en France s’y est-il pris pour faire ce calcul… Il a distingué d’une part le manque à gagner de ces radars hors service : 430 millions d’euros en estimant à 6 mois le délai pour les réparer à compter d’aujourd’hui. Ça c’est pour le manque à gagner. Quant au coût de réparations des radars proprement dit, le Parisien Aujourd’hui en France les estiment à 82 millions d’euros. Ce sont des estimations, la facture précise et réelle on la connaîtra en fin d’année. Encore faut-il que le mouvement des "gilets jaunes" s’arrête… Et il dure nous dit ce matin le Figaro, et il se structure et lui aussi s’étudie de près comme une addition…

Les "gilets jaunes" et la fracture culturelle

Sur la base d’une étude de la fondation Jean Jaurès qui nous rappelle qu’au cœur du mouvement on retrouve les professions qui ont besoin de rouler pour travailler. Et l’étude nous livre au moins trois leçons importantes. Le mouvement est structuré profondément dans la société et donc il va s’installer. Deuxième conclusion, le clivage droite-gauche ne fonctionne plus pour l’expliquer car on voit pour la première fois réunis derrière la bannière jaune des petits patrons, des ouvriers, des employés, des libéraux et des salariés et même des enseignants. Enfin la Fondation Jean Jaurès explique qu’à la fracture sociale, s’ajoute une fracture culturelle et ça c’est inquiétant explique le Figaro. Avant le gaullisme, le communisme ou le catholicisme mélangeait les classes sociales. Eh bien désormais c’est fini, il n’y a plus d’idéologie, de parti ou de religion qui mélange les classes et donc elles s’ignorent quand elle ne se méprisent pas. Le seul endroit qui pourrait faire le lien ? Eh bien c’est le grand débat qui intéresse les Français nous dit le Figaro mais ce n’est pas suffisant pour réduire la fracture culturelle, loin de là.

Les documentaires antisystème et complotistes cartonnent sur Netflix et Amazon

La moitié des éditorialistes mercredi matin consacre leurs éditos aux folles rumeurs et infox nées de la signature mardi du traité d’Aix-La-Chapelle par Angela Merkel et Emmanuel Macron : l’Alsace sous tutelle allemande, le siège de la France au conseil de sécurité de l’ONU partagé avec l’Allemagne. Tout ça c’est de la pipe dirait le Président. Maurice Bontinck dans la Charente Libre nous dit que cette propagande est le symbole d’une société qui se laisse aller parce qu’elle se sent délaissée. Pas seulement. Le goût des fausses nouvelles, le gout du complot c’est devenu un loisir à télécharger sur Amazon et Netflix nous dit Le Monde. Les documentaires conspirationnistes et antisystème cartonnent. Et ça ne dérange personne surtout pas les Américains qui n’ont pas peur de faire du fric avec des mensonges. Alors quel que soit votre programme télé, n’oubliez pas ce conseil de France Santé Publique. Ne restez pas assis plus de deux heures d’affilée et n’avalez pas n’importe quoi.