La violence terroriste continue en Indonésie

  • A
  • A
2:41
Le monde vu par... est une chronique de l'émission Toute l'info du week-end
Partagez sur :

François Clemenceau revient chaque matin sur un évènement international au micro d'Europe 1 Bonjour.

Un attentat contre un commissariat de police hier, deux autres perpétrés dimanche contre des églises. Daech se renforce en Asie.

L’attentat d’hier a été en effet revendiqué par Daech. Peu de victimes et les assaillants du commissariat situé sur l’île de Sumatra ont été tués. Dimanche, les attaquants étaient des kamikazes et se sont fait exploser à proximité d’églises chrétiennes sur l’île de Java : 13 morts, un miracle qu’il n’y en ait pas eu davantage. Et les experts notent que c’est la première fois qu’un triple attentat est perpétré par les membres d’une même famille avec femmes et enfants. Il y a là dans la multiplication des attaques et dans le mode opératoire tous les signes annonciateurs d’un renforcement de Daech en Asie et plus particulièrement en Indonésie, 266 millions d’habitants, le 4ème pays le plus peuplé de la planète et le pays qui compte le plus de musulmans au monde. On se dit qu’on est loin du monde arabe où Daech a mené bataille ces quatre dernières années mais les trois autres pays qui enregistrent le plus de fidèles musulmans dans le monde derrière l’Indonésie sont le Pakistan, l’Inde et le Bengladesh.

Oui, mais c’est en même temps loin de l’Europe ?

Certes, mais c’est vers cette Asie du Sud-Est en plein développement économique que nous réorientons nos économies occidentales. C’est d’ailleurs en Indonésie que se tiendra en octobre l’assemblée annuelle du FMI et de la Banque mondiale. Depuis le carnage de la discothèque de Bali qui avait fait 200 morts en 2002, revendiqué à l’époque par al-Qaida, la lutte anti-terroriste a permis de démanteler progressivement les cellules de la nébuleuse de Bin Laden. Il y a même eu une période entre 2012 et 2016 où l’Indonésie n’a connu aucun attentat. Les touristes sont donc revenus, 15 millions l’an dernier sont près de 300.000 français. Sauf que Daech maintenant a repris le flambeau de la terreur et s’infiltre dans ses milliers d’îles qui vont de l’Indonésie aux Philippines en passant par l’Australie, perçue comme un bastion de l’Occident dans la zone Asie-Pacifique. Les autorités redoutent maintenant que Daech devienne de plus en plus menaçante à l’approche des Jeux Asiatiques qui rassembleront 45 pays cet été.

Que peut faire la France ?

On aurait pu penser jusqu’à l’année dernière qu’elle s’en tiendrait à une politique de repli et de protection de ses ressortissants dans cette partie de l’Asie. Mais Emmanuel Macron a commencé de mettre en place une nouvelle stratégie qu’il appelle le partenariat Indo-pacifique, et qui consiste à renforcer nos coopérations avec tous ces grands pays de la zone, l’Inde, l’Australie, le Japon et bientôt la Malaisie et le Vietnam. Pas seulement parce qu’il s’agit là-bas de contenir une forme d’expansionnisme chinois que craignent tous ces pays mais aussi parce que le terrorisme ne peut être combattu qu’avec des alliances solides.