Un plan de relance de 100 milliards d'euros promis par Jean Castex

  • A
  • A
2:19
© Europe 1
L'édito économique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Dans son discours de politique général mercredi, le nouveau Premier ministre a détaillé son plan de relance, estimé à 100 milliards d'euros. L'industrie sera l'une des principales bénéficiaires de cette aide de l'Etat, avec 40 milliards d'euros consacrés à renforcer la compétitivité de notre appareil productif. 

Une relance à 100 milliards d’euros : c’est ce qu’a promis le Premier ministre Jean Castex dans son discours de politique générale. Derrière ce chiffre, que peut-on dire de sa stratégie économique ?

D’abord, une chose qui n’a pas été relevée : c’est le premier discours de politique générale dans lequel un Premier ministre français compte sur de l’argent européen pour financer ses ambitions. Une partie des 100 milliards du plan de relance, 40 milliards précisément, va en effet provenir directement de fonds empruntés par l’Union européenne et transférés à la France. C’est bien de s’en rendre compte : cela signifie que la solidarité à l’intérieur de l’Europe fonctionne. Sans cela, et en l’occurrence sans un accord franco-allemand pour y parvenir, notre pays n’aurait pas pu engager des sommes aussi considérables pour se relever de la crise que nous sommes en train de subir. Nous allons bénéficier d’une forme de "plan Marshall" interne à l’Europe.

Et l’industrie doit en être une des principales bénéficiaires.

Oui, hasard ou non des chiffres, 40 milliards seront justement consacrés à renforcer la compétitivité de notre appareil productif, de notre industrie. Dans cette enveloppe, il y a à la fois des baisses d’impôts, six milliards pour alléger les fameux impôts de production qui plombent le "made in France", et toute une série de mesures sectorielles qui étaient déjà dans les tuyaux pour l’automobile, le tourisme, l’aéronautique etc. Enfin l’industrie bénéficiera aussi des retombées des 20 milliards consacrés à la transition énergétique et à la rénovation thermique des bâtiments. En clair, pour parler stratégie économique, plusieurs dizaines de milliards d’euros sont destinés à améliorer l’offre française pour éviter le risque de décrochage.

En même temps, on a l’impression qu’on aligne les milliards sans compter.

C’est clair, les vannes sont grandes ouvertes. Nous nous sommes amusés à compter : les mots "déficit" et "dépenses" ont été prononcés une fois chacun hier par Jean Castex contre trois fois et 17 fois respectivement par Edouard Philippe dans son propre discours de politique générale. On voit bien qu’on a changé de paradigme. La stratégie économique de Jean Castex repose sur une relance massive, des mesures sociales et un fort interventionnisme de l’Etat dans l’économie. Il est même question de faire renaître le plan, c’est dire. On parle relocalisation, investissement dans des secteurs d’avenir, il y a du pompidolisme dans cette approche. Mais peu de temps pour y arriver : 600 jours, c’est peu pour changer le visage de l’économie française, puisque telle est l’ambition affichée.