Le chemin de croix des opérateurs de 5G

  • A
  • A
2:35
L'éclairage éco est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Le lancement commercial du réseau 5G tourne au cauchemar juridique pour les opérateurs de téléphonie mobile. Les plaintes se multiplient contre cette technologie dont le déploiement prend du retard. Et ce sont nos concurrents dans le monde qui risquent de profiter de notre retard dans le domaine. 

Vous avez peut-être reçu un smartphone compatible avec la 5G à Noël. Et bien il faudra sans doute patienter un peu pour vous en servir, car le lancement commercial du réseau est en train de tourner au cauchemar juridique pour les opérateurs. 

Oui, car les plaintes se multiplient contre cette technologie. La dernière en date vient de l’association de consommateurs CLCV, qui accuse les industriels de pratiques commerciales trompeuses. Elle explique que tous les citoyens ne bénéficieront pas d’un débit amélioré de leur internet. Cette plainte s'ajoute à celles déposées par d’autres associations devant le Conseil d’Etat. Cette fois, c’est l’impact potentiel de la 5G sur la santé qui est visé.

Dans ce contexte, plusieurs grandes villes comme Paris, Grenoble ou Lille hésitent à laisser ce déployer ce nouveau réseau, le récent rapport du Haut conseil du climat critiquant l’impact environnemental de la 5G n’ayant rien arrangé. Vous le voyez, la bataille judiciaire ne fait que commencer et elle risque de durer longtemps.

Mais pourquoi cette opposition massive des Français ? 

Alors, on touche là ce qui est en train de devenir une particularité de notre pays, c’est-à-dire une perte de confiance dans le progrès. On l’avait déjà observé lors du lancement du compteur Linky d’EDF, qui avait soulevé, et qui soulève toujours d’ailleurs, de multiples protestations. On le voit encore aujourd’hui avec les anti-vaccins, une population qui recouvre en partie cette frange de citoyens sceptiques devant les avancées scientifiques.

Alors c’est un fait, il faut faire avec et si l’on veut adresser un reproche aux industriels et aux pouvoirs publics, c’est peut-être de ne pas bien communiquer face à cette hostilité d’une partie de l’opinion. Pourtant, il y a un espace pour se faire entendre. Il faut savoir par exemple que la récente Convention citoyenne sur le climat avait tiré au sort 85 personnes qui devaient se prononcer sur la 5G et 70 % d’entre elles ont estimé qu’elle était un facteur de progrès pour tout le monde. 

Ce début de fronde peut-il retarder le déploiement de la 5G ? 

Oui bien sûr, la France est déjà très en retard par rapport à ses grands compétiteurs mondiaux. Pour les opérateurs, qui ont déboursé 2,8 milliards d’euros pour acheter des fréquences, le risque industriel est important. C’est l’an prochain que la 5G doit théoriquement prendre son envol, mais pour l’instant, on en est encore très loin.