La vente des Chantiers de l'Atlantique à l'italien Fincantieri en suspens

  • A
  • A
2:32
© Europe 1
L'éclairage éco est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

En vertu d'un accord signé entre les gouvernements français et italien, le groupe italien Fincantieri doit racheter les Chantiers de l'Atlantique de Saint-Nazaire avant le 31 décembre. Mais la crise du Covid-19 et les réticences de Bruxelles ont perturbé la transaction. Conséquence : le constructeur de paquebots pourrait bien rester français, comme le souligne Nicolas Barré, directeur de la rédaction des "Échos".

C’est peut-être la fin d’un long feuilleton : les Chantiers de l’Atlantique, fleuron de la construction navale, ont de bonnes chances de rester français.

"On construit des navires à Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, depuis le XIXe siècle, ça fait partie de l’identité de la ville. Mais l’Etat ne s’est jamais désintéressé de ce chantier naval, l’un des plus grands du monde, qui construit des paquebots de croisière mais travaille aussi pour la défense nationale. Pendant une dizaine d’années, ce fleuron est passé sous pavillon coréen : les Chantiers s’appelaient alors STX France, jusqu’à ce que le propriétaire coréen fasse faillite et que l’Etat français nationalise l’entreprise à titre temporaire, le temps de trouver un autre spécialiste de la construction navale pour faire alliance avec les Chantiers de l’Atlantique.

Il s'agit en l’occurrence d'un groupe italien…

Oui, le groupe public Fincantieri qui, en vertu d’un accord signé entre les deux gouvernements français et italien, devait prendre 50 % du capital des Chantiers de l’Atlantique, plus 1 % sous réserve de respecter certaines conditions. Mais le fleuron français devait donc passer sous contrôle italien. Je dis "devait" parce que depuis cet accord entre les deux pays, qui remonte déjà à trois ans, l’affaire n’a toujours pas été finalisée. D’abord parce que Bruxelles s’en est mêlée, en se demandant si le rapprochement de ces deux grands chantiers navals ne risquait pas d’entraver la concurrence. Ensuite parce que la crise du Covid-19 a plombé le marché des croisières, ce qui fait que le groupe italien n’est plus du tout pressé de conclure.

Il y aussi un risque de pillage technologique…

C’est la menace qu’agitent les élus locaux, non sans arguments : ils pointent le fait que les Italiens se sont alliés au chantier naval chinois CSSC qui veut concurrencer les Chantiers de l’Atlantique sur les grands paquebots. Ce marché est pourtant au cœur de la compétence des Français. Un rapport récent du Sénat abonde dans le même sens et s’inquiète des risques de transferts de technologie au profit des Chinois.

En théorie, les Italiens ont jusqu’au 31 décembre pour finaliser le rachat. On est à quelques heures du dénouement, sauf si l’Etat français accordait un petit délai supplémentaire, un mois tout au plus. Mais vous l’avez compris : à Saint-Nazaire, on prie pour que les Italiens jettent l’éponge. Et que les Chantiers restent sous contrôle français. Encore faudra-t-il trouver alors un plan B et ce n’est pas le plus simple : l’Etat ne veut pas rester seul maître à bord mais aucun industriel français ne s’est précipité pour racheter le constructeur historique du France et du Normandie."