Intelligence artificielle : les États-Unis passent à l'offensive face à la Chine

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque matin, Nicolas Barré fait le point sur une question d'actualité économique.

La guerre de l’intelligence artificielle est déclarée. Donald Trump a décidé d’armer l’Amérique face à la Chine et de faire de l’intelligence artificielle une priorité nationale.

Il a signé hier soir un "exécutive order", c’est à dire un décret présidentiel, qui ordonne à toutes les agences fédérales de faire de la recherche en intelligence artificielle leur priorité. "Ce n’est pas une option, c’est une nécessité", a dit Trump. C’est peut-être la décision la plus importante de sa présidence jusqu’à présent. L’ennemi est clairement désigné: la Chine. Le régime de Xi Jinping veut devenir le leader mondial de l’intelligence artificielle d’ici 2025. La Chine applique à la lettre le théorème de Vladimir Poutine: "ceux qui seront leaders en intelligence artificielles seront les maîtres du monde", a dit le président russe.

 

Pourquoi Trump a-t-il décidé de mettre le paquet sur l’intelligence artificielle?

D’abord parce que le Pentagone insiste sur le risque de se faire dépasser par la Chine. Pour une raison simple: en Chine, il n’y a pas de problème pour accéder aux données de tout le monde. Car c’est quoi l’intelligence artificielle? Cela consiste à fournir des masses de données à un ordinateur pour simuler l’intelligence humaine. Le problème aux États-Unis et en Europe, c’est que l’on exige un minimum de protection sur l’utilisation des données. Pas en Chine. Et c’est comme ça que la Chine est en train d’essayer de prendre de l’avance. Or c’est stratégique car l’intelligence artificielle s’immisce partout: dans la défense, bien sûr, pour guider nos missiles, nos avions de combat, pour orchestrer les mouvements tactiques des troupes au sol, accroître nos capacités de renseignement, assurer la sécurité des systèmes d’armes face aux cyber-attaques, déjouer les déni d’accès à certaines zones, lutter contre les robots tueurs etc. Mais on trouve de l’intelligence artificielle dans la médecine, l’organisation des transport, la gestion de l’énergie etc. etc…

En Europe, on se situe comment ?

On le voit bien: un duopole est en train de se former entre la Chine et les États-Unis. La France est le seul pays en Europe avec le Royaume Uni à investir dans l’intelligence artificielle au service de la défense. Mais nous sommes très loin derrière. Le risque de décrochage de l’Europe est grand. L’initiative de Trump doit être un signal: l’Europe doit absolument réagir sinon nous deviendrons une colonie numérique des États-Unis.