Frenchtech : comment est-elle financée ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h
Partagez sur :

Chaque matin, Nicolas Barré fait le point sur une question d'actualité économique.

Emmanuel Macron va passer la matinée au salon Vivatech, devenu le grand rendez-vous de la tech en Europe. Comment se porte notre Silicon Valley française ?

Elle est en forte et même très croissance, c’est une excellente nouvelle. Sur les seuls quatre premiers mois de l’année, les startup françaises ont levé plus de 1,4 milliard d’euros. Un chiffre en hausse de 72% par rapport à l’an dernier. C’est donc considérable. Vous le voyez, les investisseurs y croient. A signaler dans ces levées de fonds, celle de 150 millions d’euros réalisée par Doctolib, formidable succès qui porte la valeur de cette entreprises aux ambitions européennes à plus d’un milliard d’euros. Une startup qui vaut plus d’un milliard, on appelle ça une "licorne".

Et nous en avons beaucoup, des licornes, en France ?

Non pas encore. On en recense trois autres : BlaBlaCar, que tout le monde connaît, Deezer, la plateforme de musique que tout le monde connaît aussi, et OVH, que le grand public ne connaît pas mais qui est une entreprise stratégique, spécialisée dans le cloud c’est à dire le stockage de données, la matière première de l’ère numérique. Donc quatre licornes, mais derrière, il y a un écosystème qui s’est mis en place avec des levées de fonds de plus en plus importantes. On note une vraie accélération. La French Tech est en train de franchir un palier avec de plus en plus de startups qui lèvent 20 millions, 50 millions, et qui seront les licornes de demain.

Par exemple ?

On peut en citer deux que rencontrera Emmanuel Macron ce matin et dont on a eu l’occasion de parler sur cette antenne. D’abord Frichti, une startup qui livre des repas préparés et des courses à domicile en privilégiant les circuits courts. Ils ont levé 50 millions d’euros et créé plus de 300 emplois. Autre succès dans un tout autre domaine, Openclassrooms, qui est une école en ligne, mais avec plus de trois millions d’étudiants chaque mois partout dans le monde. Ils ont aussi levé environ 50 millions d’euros. Il faut deux ingrédients pour créer un écosystème : du capital humain, les talents, et du capital financier. Il y a depuis longtemps beaucoup de talents et de capital dans la Silicon Valley. Mais il y en a aussi de plus en plus chez nous !