Champs-Élysées : Nike s’installe dans un immeuble à 613 millions d’euros

, modifié à
  • A
  • A
1:39
L'édito économique est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1 - Le 6h - 9h30
Partagez sur :

L’équipementier sportif Nike va installer son siège et son plus gros magasin en Europe sur les Champs-Élysées. La marque n'a pas hésité à débourser un loyer record pour louer cet immeuble qui vaut 613 millions d'euros, soit environ 80.000 euros du mètre carré. 

Le Monopoly continue sur les Champs-Élysées. Un des immeubles de la célèbre avenue vient de se vendre à un prix record, plus de 600 millions d’euros.

Le vendeur, le groupe d’assurance mutualiste Groupama, vient de conclure la cession de cet immeuble situé au 79 Avenue des Champs-Élysées à un fonds souverain norvégien, qui l’a payé 613 millions d’euros. On frôle les 80.000 euros le mètre carré pour cet édifice Art déco de sept étages ! Le record de l’Apple Store des Champs-Élysées, vendu 600 millions d’euros, est battu. Il faut savoir que le 79 Champs-Élysées est juste à côté du Fouquet's qui a été vandalisé il y a quelques mois par les Gilets jaunes. Ça n’a pas fait baisser les prix. C’est l’équipementier sportif Nike qui va installer là son siège français et européen et y loger le plus grand magasin Nike d’Europe.

Preuve que l’attractivité des Champs-Élysées n’a pas diminué ?

Les Champs, c’est 100 millions de visiteurs par an (dont un tiers d’étrangers) et 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires pour les commerces. On aurait pu craindre que les scènes d’émeutes qui se sont succédé l’an dernier et qui ont fait le tour du monde auraient terni sa réputation. Certes, les commerces ont souffert, avec parfois avec des chutes de chiffre d’affaires de 30% et des dégâts matériels considérables. Mais la confiance des grandes enseignes demeure. Nike vient de signer un bail de 12 ans. Les Galeries Lafayette ont inauguré leur flagship au printemps. 11 des 69 bâtiments des Champs ont été rénovés depuis un an. Les "Champs-Élysées" sont une marque mondiale que la mauvaise publicité des Gilets jaunes n’a pas ruinée loin s’en faut.