Reconfinement : le retour de la territorialisation ?

  • A
  • A
2:50
© Europe 1
L'édito politique est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Plusieurs élus de l'Est et du Sud-Est de la France réclame de nouvelles mesures de la part du gouvernement pour stopper l'épidémie de Covid-19. L'hypothèse d'un reconfinement localisé refait surface, alors qu'un conseil de défense sanitaire doit se réunir mardi.

Un nouveau conseil de défense sanitaire est organisé mardi pour faire le point sur l’épidémie de Covid. La situation est préoccupante dans trois zones : Grand Est, Bourgogne Franche Comté et Alpes Maritimes. Des élus réclament des mesures plus restrictives que le couvre-feu actuel, comme des reconfinements localisés.

"Confinez nous s’il vous plait et vite" : c’est la requête des maires de Nancy, de Reims, du président de la région Grand Est. Avec un argument : il ne faut surtout pas attendre l’impact des fêtes de Noël sur les contaminations pour agir. L’effet retrouvailles autour du sapin sera mesurable uniquement en milieu de semaine prochaine.

Elle est loin l’époque où les élus marseillais protestaient contre la fermeture des bars et des restaurants imposée par Paris. Souvenez-vous, c’était il y a trois mois, c’était il y a une éternité à l’échelle du Covid.

Qu’est ce qui a changé ?

A l’époque, le reconfinement est un tabou absolu. La moindre restriction est dénoncée comme une punition. On connait la suite : un premier reconfinement national, un couvre feu localisé puis sur tout le territoire depuis le 15 décembre  A chaque fois, il y a la tentation de ne pas frapper trop fort tout de suite, car c’est une situation pesante pour chacun de nous et désastreuse pour l’économie. Mais en fait, le Covid nous montre que le seul décideur : c’est lui.

Que demandent précisément ces élus ?

Ils ne demandent pas tous la même chose. Option reconfinement court, pour éviter un plus long, plus tard, dans le Grand Est. Mais à l’échelle de la région, de certains départements, ou de métropoles. Du côté de Nice, le maire Christian Estrosi, lui, est partisan d’un couvre-feu plus strict.

Est-ce que l’exécutif va entendre leurs demandes ?

En tout cas, l’exécutif écoute et consulte. Jean Castex et Olivier Véran y passent beaucoup de temps depuis ce week-end. Les questions qui se posent au gouvernement sont les suivantes : faut-il des mesures territorialisées ? Si oui, lesquelles ? Et surtout, est-ce que ça s’impose du point de vue sanitaire ?

Aujourd’hui, tout le pays est soumis au même régime. La territorialisation c’était la grande idée à l’arrivée de Jean Castex à Matignon. Le fameux couple maire-préfet, quasiment disparu des écrans radars depuis. Il faut dire que quand l’épidémie circule à peu près partout, il est plus simple et logique de généraliser les mesures. Territorialiser c’est plus complexe. Si vous mettez sous cloche la Haute Saône par exemple, vous devez restreindre, et donc contrôler les allées et venues avec les départements voisins. Mais quand ce sont les élus qui réclament des restrictions urgentes, c’est bien plus confortable politiquement pour le gouvernement.