Coronavirus : comment faire face à une crise si complexe ?

  • A
  • A
3:01
L'édito politique est une chronique de l'émission Europe Matin - 7h-9h
Partagez sur :

Alors que le nombre de malades et de morts du Coronavirus ne cesse d'augmenter, le monde entier fait face à une crise sanitaire et économique. Les économistes commencent à réaliser que le choc subi par la planète est probablement le plus grave depuis un demi-siècle. Malgré de nombreuses mesures, ils peinent à trouver une solution.

Le nombre de malades et de morts du Coronavirus continue de s’alourdir et on ne sait toujours pas comment enrayer l’épidémie.
On ne sait pas comment arrêter sa progression, ni sur le plan médical, ni sur le plan des conséquences économiques. Les différentes institutions financières internationales, les banques centrales, le FMI, et puis les gouvernements ou encore le G7, tous ont pris des mesures spectaculaires depuis ce week-end.

Mais ça n’a pas marché ?

Toutes ces tentatives ont été rapides, pas toujours parfaitement coordonnées mais plutôt brillantes. Bien tentées, quoi. Pourtant, ça n’a pas donné les résultats escomptés. En fait, les économistes commencent à réaliser que le choc subi par la planète est probablement le plus grave depuis un demi-siècle, depuis le premier choc pétrolier, dans les années 1970. À l’époque, les pays du MO avaient brutalement décidé de multiplier par deux puis par quatre les prix du pétrole, provoquant un terrible choc de croissance et une crise totalement inédite.
Pourquoi ? Qu’est-ce qu’elle avait de si exceptionnelle ?

Disons que c’était une crise absolue. Tout le monde connaît, évidemment, la notion de l’offre et de la demande qui est à la base de la fixation des prix et d’une bonne part de l’économie. Si l’une de ces deux composantes se dérègle, ça crée un déséquilibre qui peut engendrer une crise. Lorsque la consommation diminue, c’est la demande qui diminue. L’offre devient excessive, pléthorique, les prix s’effondrent et c’est la crise. À l’inverse, lorsque c’est l’offre qui diminue et que les produits viennent à manquer, la demande ne peut plus être satisfaite, les prix s’emballent et c’est la crise.

C’est le schéma classique ?

Exactement. Or cette fois, il y a à la fois une crise de l’offre et une crise de la demande. Crise de l’offre, des produits sont en rupture de stock, le commerce international et les échanges ralentissent, des usines s’arrêtent. Crise. En même temps, la demande s’effondre. Le tourisme est à l’arrêt, les voyages s’annulent, les entreprises se mettent en mode économie, les gens sortent moins de chez eux, réduisent leurs achats et c’est la crise. Crise absolue…

Sait-on comment on en sort ?

Pour l’instant, on tâtonne. On peut déverser de l’argent sur l’économie (c’est ce qu’on fait les banques centrales cette semaine). Ça peut aider les entreprises qui sont en panne de chiffre d’affaires à passer le creux, mais ça ne fera évidemment pas repartir les usines ni sortir les gens lorsqu’ils sont confinés chez eux. On peut aussi lâcher tous les leviers budgétaires, mettre de l’argent public dans l’économie, mais ça ne fera pas consommer davantage. Pour l’instant, en tout cas. C’est toute la difficulté de ce choc sanitaire et économique. On ne sait ni comment éradiquer le virus, ni comment arrêter la vrille économique. On sait un peu calmer la fièvre, dans un cas comme dans l’autre. Mais tant que le pic de l’épidémie et de la crise économique ne sont pas atteints, les traitements risquent forts d’être inefficaces.