20 décembre 1582 : l’adoption du calendrier grégorien en France

  • A
  • A
Un jour dans l'Histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes le 20 décembre 2016, mais en quel 20 décembre partons-nous ?

Le 20 décembre 1582, sous le règne d’Henri III : jour d’adoption en France du calendrier grégorien. D’un claquement de doigts, onze jours sont passés à la trappe puisque l’on est passé du dimanche 9 décembre au lundi 20.

Pour quelle raison la France d’Henri III a-t-elle changé de calendrier ?

Pour se confirmer à la bulle inter gravissimas, du pape Grégoire XIII ; vous comprenez pourquoi l’on parle de calendrier grégorien. Dans les Étas pontificaux mais aussi en Savoie, en Espagne, au Portugal, en Pologne, on venait de passer du jeudi 4 octobre au vendredi 15.

Alors, pourquoi le pape a-t-il voulu ce changement de calendrier ?

Eh bien, le vieux calendrier julien ne permet pas de tenir compte de la durée exacte de l’année astronomique ; il retarde d’environ trois jours tous les 400 ans. Ce qui fait qu’en cette fin de XVIe siècle, on avait fini par accumuler à peu près 11 jours de retard sur la date réelle. C’est pour corriger ce retard et l’annuler pour la suite qu’on a rectifié la date et adopté le nouveau calendrier.

Et donc la France l’a fait un peu plus de deux mois après le pape ?

Oui, le temps que l’administration royale française digère cette petite révolution. Mais deux mois, somme toute, ce n’est rien à côté des pays qui mettront parfois des siècles à changer. La Grande-Bretagne, par exemple,  devenue antipapiste, n’adoptera le calendrier grégorien qu’en 1752 ; la Prusse protestante, en 1610 ; et la Russie des tsars en 1918, c’est-à-dire après la Révolution bolchevique !

C’est pourquoi la fameuse Révolution d’Octobre a eu lieu en novembre ?

Oui, en tout cas selon notre calendrier; nous aurons l’occasion d’en parler l’année prochaine ; du reste, le centenaire de la Révolution russe va constamment poser la question de cette concordance des calendriers