Trump menace de couper les "subventions" à General Motors après le plan social

  • A
  • A
Au total, GM va supprimer en 2019 15% des emplois du groupe, en cessant la production sur sept sites.
Au total, GM va supprimer en 2019 15% des emplois du groupe, en cessant la production sur sept sites. © AFP
Partagez sur :
General Motors a annoncé lundi une sévère cure d'amaigrissement, justifiée par la nécessité selon le groupe d'être plus compétitif dans une industrie en pleine révolution.

Donald Trump a menacé mardi de "supprimer toutes les subventions" accordées au constructeur General Motors, qui a provoqué la colère du président américain en annonçant la suppression de milliers d'emplois industriels dans des États politiquement cruciaux.

"Très déçu par General Motors", a tweeté le président. "Les États-Unis ont sauvé General Motors et voilà les REMERCIEMENTS que nous avons! Nous examinons la suppression de toutes les subventions, y compris pour des voitures électriques", a-t-il ajouté.

Trump avait promis un retour des emplois industriels. Donald Trump ne décolère pas depuis l'annonce, lundi, du premier constructeur automobile américain de supprimer des milliers d'emplois dans l'Ohio, le Michigan et le Maryland. Le milliardaire avait bâti sa campagne sur la promesse du retour des emplois industriels aux États-Unis et sa victoire surprise a été obtenue pour bonne part grâce aux votes dans les États où la mondialisation a provoqué une désindustrialisation dévastatrice.

"Ils fabriquent une voiture que personne ne veut acheter". Donald Trump, qui fait déjà activement campagne pour sa réélection en 2020, aura à nouveau besoin de ces voix. "Je suis là pour protéger les Travailleurs Américains!", a-t-il promis sur Twitter. Sa porte-parole, Sarah Sanders, a enfoncé le clou. "Le président s'est complètement investi dans le retour des emplois industriels aux États-Unis, et c'est pour cela que depuis qu'il a pris ses fonctions nous avons vu la création de 400.000 nouveaux emplois industriels aux États-Unis", a-t-elle dit. "Franchement, cette histoire vient du fait qu'ils fabriquent une voiture que personne ne veut acheter. Espérons, qu'ils vont faire des ajustements et reprendre ces employés", a-t-elle ajouté

15% des emplois de GM menacés. General Motors a annoncé lundi une sévère cure d'amaigrissement, à coups de milliers de suppressions d'emplois, justifiant l'annonce par la nécessité d'être plus compétitif dans une industrie en pleine révolution. Au total, GM va supprimer en 2019 15% des emplois du groupe, en cessant la production sur sept sites: un au Canada, quatre aux États-Unis et deux en-dehors de l'Amérique du Nord. Il s'agit d'économiser six milliards de dollars d'ici la fin 2020. Quelque 12 à 13.000 emplois -que GM n'a pas pris la peine de préciser- sont concernés aux États-Unis seuls dans des zones où les crises répétées de l'automobile ont déjà fait des dégâts.