Où en est-on de la guerre entre Tik Tok et Donald Trump ?

  • A
  • A
L'application chinoise TikTok compte 100 millions d’utilisateurs sur le sol américain. 1:32
L'application chinoise TikTok compte 100 millions d’utilisateurs sur le sol américain. © AFP
Partagez sur :
Donald Trump exige un rachat des activités américaines du réseau social chinois par une entreprise américaine, sous peine d’interdiction sur le territoire étasunien. La société Oracle, réputée pour son soutien au locataire de la Maison Blanche, propose un partenariat technologique.

Donald Trump est toujours en guerre contre le réseau social chinois TikTok, très populaire auprès des jeunes. Le président américain reproche à l’application, qui permet de partager de courtes vidéos et compte déjà 100 millions d’utilisateurs actifs aux Etats-Unis, de collecter des données personnelles et de les fournir au gouvernement chinois. En conséquence, Donald Trump a donné jusqu’au 20 septembre à TikTok, plus précisément à sa maison mère chinoise ByteDance, pour vendre les activités américaines de TikTok à un Américain. Sans quoi la société sera interdite.

Le mois dernier, Microsoft a déposé une offre pour racheter les activités américaines de TikTok. Il s’est même allié au mastodonte de la grande distribution Walmart. Mais l’offre a été rejetée dimanche soir par ByteDance, la maison-mère de l’application. Aucune explication n’a été donnée. Plus surprenant, c’est la société Oracle, reine du logiciel, qui est désormais considérée comme favorite pour reprendre TikTok.

Pourquoi Trump pourrait trancher en faveur d’Oracle

Ce que propose Oracle n’est pas du tout un rachat mais un partenariat technologique.  On est loin de ce qu’exigeait Donald Trump, car l’entreprise chinoise ByteDance devrait garder le contrôle des activités de TikTok, même si c’est Oracle qui gèrerait le partage des données.

Les dirigeants d’Oracle sont pro-Trump depuis le début de son mandat. Ils ont participé au comité de transition lors de son arrivée au pouvoir, l’ont soutenu sur la chloroquine, et ont même fait des dons pour sa campagne de ré-élection. Sachant que le dernier mot reviendra à Donald Trump sur ce partenariat, on imagine aisément que le locataire de la Maison Blanche, candidat à sa réélection et en difficulté dans les sondages, tranche en faveur de l’un de ses principaux soutiens.

Europe 1
Par Charles Decant et Nicolas Barré