Quel est le coût des catastrophes naturelles dans le monde ?

, modifié à
  • A
  • A
L’ouragan Dorian, aux Etats-Unis, a coûté 11,4 milliards de dollards. 1:16
L’ouragan Dorian, aux Etats-Unis, a coûté 11,4 milliards de dollards. © HO / NOAA/RAMMB / AFP
Partagez sur :
Selon le calcul de l'ONG britannique Christian Aid, au moins 15 catastrophes naturelles arrivées en 2019 ont été amplifiées par le changement climatique. Et leur coût est d'au moins 10 milliards de dollars pour sept d’entre elles. 

L'inventaire est effrayant. Les catastrophes naturelles se sont succédé dans le monde en 2019. "Des phénomènes météo extrêmes, alimentés par le changement climatique, ont frappé tous les continents peuplés en 2019, entraînant dans la mort et déplaçant des millions de personnes et causant des milliards de dollars de dégâts", souligne l'ONG britannique Christian Aid dans une étude parue vendredi. 

En se fondant sur la compilation de données disponibles en source ouverte (rapports de l'ONU ou de structures étatiques, études scientifiques, presse), l'ONG liste 15 événements - typhons, inondations, feux de forêt - ayant provoqué chacun pour plus d'un milliard de dollars (900 millions d'euros) de dégâts. 

La gravité de l’événement augmente par une sécheresse ou une pluviosité exceptionnelle

Le typhon Hajis en octobre dernier au Japon a par exemple coûté 15 milliards de dollars. Au rayon des événements à plus de dix milliards, on retrouve une série impressionnante de catastrophes au pays du président climato-sceptique Donald Trump. L’ouragan Dorian 11,4 milliards, les inondations du Midwest 12,5 milliards et les grands incendies de Californie pour la bagatelle de 25 milliards de dollars. Total pour les Etats-Unis : 48,9 milliards de dollars. 

Le lien avec le changement climatique, selon l'ONG Britannique, c'est la gravité de l’événement, qui augmente par une sécheresse ou une pluviosité exceptionnelle. C'est également le cas pour les autres typhons, ouragans ou inondations survenues à travers le monde, coûtant plus d'un milliard. L'étude souligne que si les catastrophent tuent plus dans les pays pauvres, elles coûtent plus chères dans les pays développés. 

Europe 1
Par Nicolas Tonev, édité par Ariel Guez