"Prime Macron" : quelles sont les entreprises les plus (et les moins) généreuses ?

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

INFOGRAPHIE - Plus d'un million de travailleurs devraient au final être concernés par cette prime, que le chef de l'Etat a demandé aux entreprises de verser à leurs salariés. Quels sont les sociétés concernées ? Combien vont-elle verser ? Europe 1 a enquêté.

ENQUÊTE EUROPE 1

Une prime exceptionnelle sans impôts ni charges. C’était l’une des annonces faites par Emmanuel Macron le 10 décembre, lors de son allocution télévisée pour répondre aux revendications des "gilets jaunes". Une promesse qui reposait sur le bon vouloir des entreprises.

Ont-elles suivi l’appel du président de la République ? Europe 1 a enquêté. Plus de cent entreprises françaises nous ont répondu, et la plupart pour annoncer qu’effectivement, elles vont verser une prime à leurs salariés d’ici fin mars. Largement plus d’un million de salariés seraient concernés.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Total en tête du classement. Entre zéro, 150 ou 1.500 euros… tel est le grand écart d’une entreprise à l’autre. Les plus généreuses sont aussi les plus grandes et les mieux portantes. BNP Paribas, Banque populaire-Caisse d’épargne, Crédit Mutuel, mais aussi L’Oréal, Free, SFR, Publicis ou Sanofi ont versé 1.000 euros, voire 1.500 pour Total. Une prime accordée soit à tous leurs salariés, soit à ceux qui ont un salaire inférieur à 3.600 euros net par mois. Le gouvernement a lui-même fixé cette limite pour que la prime soit sans impôts ni charge.

Les secteurs du jouet et de l'habillement moins généreux. Dans le secteur de l’habillement, en difficulté, la prime est bien plus faible : 150 euros chez Kiabi, 100 euros seulement à La Halle, et aucune prime chez Pimkie. L’année a été compliquée aussi au PMU, et dans le secteur du jouet, notamment chez Mattel, qui ne peut offrir cette prime Macron à ses salariés.

Les entreprises ont jusqu’à fin-mars pour se décider et verser la prime. PSA attend de connaître ses résultats annuels, tout comme Malakoff-Médéric qui va négocier avec les élus du personnel.

Quelles conditions ? 

Si le montant de cette prime est laissé au bon-vouloir des employeurs, pour rester sans impôt ni charge, elle doit être plafonnée à 1.000 euros, et versée d'ici au 31 mars à des salariés ne touchant pas plus de trois fois le montant du smic, soit environ 3.600 euros net par mois.