Impôts : pourquoi neuf millions de Français vont bénéficier d'une avance

  • A
  • A
impots 2000x1000 AFP 1:05
Photo d'illustration © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Près de 9 millions de Français vont percevoir des avances de crédits d'impôts, à partir de mercredi. Cette avance de trésorerie, pensée dans le cadre de l'instauration du prélèvement à la source, doit permettre aux ménages concernés de ne pas se retrouver dans un embarras financier jusqu'au calcul de leurs droits en milieu d'année.

Près de 9 millions de ménages ont reçu ou vont recevoir, à partir de mercredi, une avance sur certaines réductions et crédits d'impôts dans le cadre de la mise en place du prélèvement à la source, a annoncé le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin. "Cela concerne 9 millions de foyers fiscaux, donc potentiellement 17 à 18 millions de Français, qui vont recevoir pour plus de 5 milliards d'euros que l'Etat va leur donner en avance de crédit d'impôt pour en moyenne 628 euros chacun", détaille-t-il. 

Cette avance correspond à 60% du montant total des réductions et crédits d'impôts dont une personne peut bénéficier au titre de ses dépenses de 2018, déclarées au printemps 2019. Les réductions et crédits d'impôt concernés sont principalement ceux relatifs aux dons, à l'emploi d'un salarié à domicile, à des frais de garde d'enfants ou encore à des frais d'hébergement en Ehpad (Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes).

Une phase de régularisation cet été

C’est la deuxième année que ce dispositif est mis en place, en attendant une phase de régularisation qui interviendra cet été. Celle-ci prendra en compte, cette fois, la déclaration de revenus de 2019. Les concernés recevront alors le solde de leur crédit d'impôts, soit les 40% restants. En revanche, si leur situation a évolué, ils devront éventuellement rembourser un trop-perçu.

Pour rappel, dans le cadre de l'instauration du prélèvement à la source, le gouvernement a décidé de mettre en place ce système d'avance sur les crédits d'impôts afin que les ménages ne se retrouvent pas dans un embarras financier jusqu'au calcul de leurs droits en milieu d'année, alors qu'ils doivent s'acquitter progressivement de leur impôt dès le mois de janvier.

Europe 1
Par Aurélien Fleurot, édité par Maxime Dewilder