Les Galeries Lafayette assignées pour "violation" de l'accord sur le travail dominical

  • A
  • A
Le syndicat reproche à leur employeur de laisser la clientèle accéder au magasin les dimanches jusqu'à 19h. Image d'illustration.
Le syndicat reproche à leur employeur de laisser la clientèle accéder au magasin les dimanches jusqu'à 19h. Image d'illustration. © ADRIEN MORLENT / AFP
Partagez sur :
Selon un syndicat, des salariés travaillent les dimanches au-delà de 19h, en "violation" de l'accord sur le travail dominical. 

Les horaires d'ouverture des Galeries Lafayette à Paris le dimanche, où la clientèle est admise jusqu'à 19h, contraignent des salariés à travailler au-delà de cette heure. Il s'agit d'"une violation" de l'accord sur le travail dominical, estime un syndicat qui a assigné la direction en justice. L'audience en référé est programmée le 16 janvier devant le tribunal de grande instance de Paris.

Des clients qui passent en caisse après 19h. En permettant à la clientèle d'accéder au magasin jusqu'à 19h, les Galeries Lafayette décalent la fin effective de service des salariés et contreviennent à l'accord sur le travail dominical conclu en mai 2016 qui prévoyait une "amplitude d'ouverture" de 11h à 19h, estime le syndicat SCID (Syndicat du commerce indépendant et démocratique), non signataire de l'accord.

Selon le SCID, nombre de clients du grand magasin parisien passent même en caisse après 19h. Outre les caissiers, les employés du service de la détaxe, où se rendent les touristes étrangers non assujettis à la TVA après avoir réglé leurs achats, sont notamment concernés par des dépassements d'horaires. Toujours selon le SCID, on demande aux salariés le dimanche matin même, à leur arrivée, s'ils sont d'accord pour rester travailler au-delà de 19h, alors que "sur les fiches de volontariat" pour le travail dominical, les horaires sont bien "11h à 19h", a souligné David Pereira, un de ses représentants.

La direction est restée "sourde"... Pour respecter l'accord, il appartient à la direction de "modifier son organisation", estime le SCID. Il suffirait de restreindre, voire "interdire l'accès à la clientèle à partir de 18h30", a expliqué David Pereira. "Cela fait des mois qu'on prévient la direction" de ce problème au travers des instances représentatives du personnel et "elle reste sourde", a-t-il ajouté, déplorant de devoir "en passer par le tribunal".  Le même problème se pose dans les espaces de restauration, ouverts jusqu'à 18h, selon le SCID.

... et se félicite du succès dominical. Les Galeries Lafayette assurent pour leur part que le travail du dimanche est un succès, avec 92% de volontaires parmi les salariés du grand magasin du boulevard Haussmann, dont 75% prêts à travailler en 2018 les huit dimanches maximum prévus par l'accord.