L'agriculture bio progresse en France et crée des emplois

  • A
  • A
L'emploi dans la filière bio augmente en moyenne de 9,5% par an depuis cinq ans
L'emploi dans la filière bio augmente en moyenne de 9,5% par an depuis cinq ans © REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :
L'emploi dans la production agricole biologique a progressé de 13,7% entre fin 2016 et fin 2017, soit plus de 10.000 emplois à temps plein supplémentaires. 

L'emploi dans la filière bio augmente en moyenne de 9,5% par an depuis cinq ans, des agriculteurs convertissent leurs exploitations et les surfaces cultivées s'agrandissent tandis que la consommation de produits bio décolle, a indiqué vendredi l'Agence Bio.

10.669 emplois en plus. "On est en train de changer de dimension, en particulier sur la question de l'emploi", a déclaré Florent Guhl, le président de l'Agence Bio, plateforme nationale d'information et d'actions pour le développement de l'agriculture biologique en France, lors d'une conférence de presse. Au total, 1,77 million d'hectares étaient engagés en bio fin 2017, soit une hausse de 15,6% par rapport à 2016. L'emploi dans la production agricole biologique a progressé de 13,7% sur la même période, soit 10.669 emplois à temps plein supplémentaires.

Plus de 134.500 emplois dans la filière. Pour expliquer cette hausse importante, alors que l'emploi agricole en général a pour sa part diminué à un rythme de 1,1% en moyenne annuelle entre 2010 et 2015, Florent Guhl explique que "quand on remplace des produits chimiques par l'action humaine, il y a besoin de plus de main-d'oeuvre". L'Agence Bio estime que la filière de l'agriculture biologique compte près de 134.500 emplois directs, depuis les fermes bio (88.400 emplois) jusqu'à la distribution (28.900 emplois), en passant par la transformation (15.000 emplois) et les services comme le conseil et la formation (2.200 emplois).

L'Agence Bio prévoit une hausse de 23% des surfaces bio en 2018. En 2017, plus de 5.000 exploitations se sont engagées dans le bio, qui représente 6,6% de la surface agricole utile en France. Il s'agit de l'un des critères les plus suivis puisque le gouvernement souhaite passer à 15% en 2022. Pour Florent Guhl, "c'est vraiment atteignable, le vrai enjeu c'est d'en faire des fermes pérennes économiquement. On craint toujours que par un effet d'entraînement arrivent des exploitations plus fragiles". En considérant les surfaces en conversion fin 2017, les surfaces certifiées bio devraient augmenter rapidement dans les prochaines années, assure l'Agence Bio. Elle prévoit une hausse de 23% en 2018 et de 13% en 2019. 

"Cette augmentation des surfaces produites en bio permettra de répondre à la demande croissante des consommateurs en produits bio français", avec une consommation qui s'est envolée de 17% par rapport à 2016, à 8,3 milliards d'euros, tirée par les produits transformés, précise l'Agence Bio dans un communiqué.