Italie : pourquoi le "budget du peuple" fait frémir Bruxelles et les marchés

Luigi Di Maio, ministre et chef de file du Mouvement 5 étoiles, se veut rassurant sur le Budget 2019 italien.
Luigi Di Maio, ministre et chef de file du Mouvement 5 étoiles, se veut rassurant sur le Budget 2019 italien. © Andreas SOLARO / AFP
  • Copié
, modifié à
Populiste et dangereux pour les uns, ambitieux et salutaire pour les autres, le budget 2019 de la sulfureuse coalition italienne au pouvoir suscite des remous bien au-delà des Alpes.

"Nous faisons du bien aux Italiens !", s’est exclamé le président du Conseil italien, Antonio Conte, jeudi soir. Après d’intenses négociations, les membres du gouvernement transalpin, composé d’une coalition entre le Mouvement 5 étoiles (antisystème) et la Ligue (extrême droite) sont parvenus à un accord sur le budget de l’Etat pour 2019. Alors que le précédent gouvernement tablait sur un déficit public de 0,8% pour l’an prochain, la coalition s’est fixé un objectif de… 2,4%. Et le même chiffre est annoncé pour 2020 et 2021.

Avancement de l’âge de départ à la retraite, création d’un revenu citoyen, réforme fiscale… Ce budget doit servir à financer les promesses de campagne des deux partis au pouvoir. Mais il suscite déjà un début d’affolement sur les marchés, et une inquiétude certaine de la part l’Union européenne, alors que l’Italie doit faire face à la dette la plus élevée du continent, derrière la Grèce.

Des mesures ambitieuses… et coûteuses

Preuve des attentes que suscitait ce budget, son annonce a entraîné des scènes de liesse dans les rues romaines, dans la nuit de jeudi à vendredi, notamment de la part des élus et partisans du Mouvement 5 étoiles (M5S). "Des cris de joie, des banderoles déployées dans la nuit romaine par des parlementaires du Mouvement 5 étoiles, tandis que les ministres apparaissent au balcon du palais Chigi, siège de la présidence du conseil, pour saluer la foule : la scène, immortalisée par une nuée de caméras, a quelque chose d’irréel. A vrai dire, il est peu probable qu’un document de programmation budgétaire ait déjà, par le passé, suscité un tel enthousiasme", raconte le correspondant du Monde sur place.



Baptisé "budget du changement" ou "budget du peuple" par Luigi Di Maio, chef de file du M5S et ministre du Développement économique, le budget prévoit notamment la création d’un revenu de citoyenneté de 780 euros pour les plus démunis, qui coûtera, à lui seul, dix milliards d’euros par an, d’après les calculs du gouvernement (largement sous-estimés selon ses détracteurs). La très ambitieuse réforme des retraites est elle aussi sur les rails. Environ 400.000 personnes pourront ainsi partir plus tôt, grâce à un système baptisé "quota 100". Celui-ci se calcule en additionnant la durée de cotisation et l'âge du cotisant. Cela permet par exemple à quelqu'un ayant atteint l'âge de 62 ans et ayant cotisé 38 ans de partir en retraite.

La baisse générale des impôts promise par la Ligue, d’abord à destination des petites entreprises et des artisans, puis des citoyens, sera, elle aussi, amorcée dès 2019. Objectif à termes : qu’il n’y ait plus que deux tranches d’imposition sur le revenu d’ici 2021, 23% pour les revenus jusqu'à 75.000 euros, 33% pour les revenus supérieurs. Enfin, 15 milliards d’euros d’investissements (dans les routes, les transports, les écoles ou les communes) vont s’ajouter aux 38 milliards déjà programmés sur trois ans, afin de soutenir la croissance et moderniser le pays.

Un budget qui fait grincer des dents Bruxelles… et inquiète les marchés européens

Sans surprise, ces mesures donnent des sueurs froides à Bruxelles, alors que l'Italie ploie sous une dette de 2.300 milliards d'euros, soit 132% du PIB (la France, pourtant cataloguée "mauvais élèves", est à 96%, l’Allemagne à 68%). Le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici a sans attendre jugé le budget "hors des clous" des règles européennes. Qualifiant "d'explosive" la dette publique italienne, il a rappelé que les règles de la zone euro "doivent être respectées".

Le vice-Premier ministre italien Luigi Di Maio a assuré vendredi que Rome "n'avait pas l'intention d'aller au conflit" avec la Commission européenne. "Nous voulons rembourser la dette et je peux vous assurer que la dette baissera", grâce à "la croissance économique inattendue" provoquée par le budget, a-t-il martelé, arguant que ce budget "historique" allait "annuler la pauvreté" en Italie.

Mais cela n’a visiblement pas réussi à rassurer les marchés. À 15h, la bourse de Milan, qui sert de référence pour le pays, perdait plus de 4,4%. Le taux d'emprunt italien à dix ans grimpait, lui, à 3,25% contre 2,88% jeudi soir. Or, plus les taux montent, plus le coût de remboursement augmente pour l'Etat, ce qui réduit ses marges de manœuvre financières. Jack Allen, analyste à Capital Economics contacté par l’AFP, estime que le taux à dix ans pourrait atteindre 3,5% d'ici la fin de l'année, engendrant "des préoccupations sur la soutenabilité de la dette". Et l’effet commence à se faire ressentir sur les autres places boursières européennes, toutes dans le rouge vendredi, perdant en moyenne 1% (-1,21% pour Paris à 15h).

Un enjeu politique important pour l’Italie... comme pour l’Europe ?

En Italie, l’enjeu politique est majeur. Alors que les partis traditionnels se sont tous effondrés aux dernières législatives, un échec de ce futur budget pourrait plonger le pays, qui a mis des mois avant d’avoir un gouvernement stable, dans la crise. Le M5S, principal instigateur des mesures de ce budget, joue particulièrement gros. En berne dans les sondages, il voit son allié du moment, la Ligue, grimper en flèche, avec quelque 32% des intentions de vote contre 17% en mars, portée notamment par les discours anti-immigration et sécuritaires du ministre de l’Intérieur Matteo Salvini.

Aussi, les conséquences de ce budget seront scrutées de près par les voisins de l’Italie. Si le gouvernement italien parvenait à mener à bien ses réformes sans entraîner de crise financière, cela constituerait un sérieux pied de nez aux politiques de rigueur prônées par Bruxelles. Si le gouvernement italien échoue, cela donnera des arguments supplémentaires aux partisans de l’austérité budgétaire voire à tous ceux qui, en Europe, seraient tentés de se séparer des pays les plus dépensiers.