Comment monter et faire prospérer son entreprise en couple ?

  • A
  • A
En 2017, on estimait au nombre de 600 000 les entreprises artisanales et commerciales portées par un couple. 2:00
En 2017, on estimait au nombre de 600 000 les entreprises artisanales et commerciales portées par un couple. © StartupStockPhotos/Pixabay
Partagez sur :
Ne jamais décrocher, tout perdre en cas d'échec ou vivre des disputes plus rapprochées. De telles craintes sont fréquentes pour les couples qui souhaitent lancer une entreprise. Invités de "La France bouge" vendredi sur Europe 1, des entrepreneurs ensemble au travail et dans la vie donnent leurs conseils pour gérer avec succès une société avec sa moitié.

Pour bon nombre de Français, conjuguer sa vie professionnelle et sa vie privée est bien souvent compliqué. Alors la tâche paraît parfois impossible quand on souhaite créer son entreprise avec sa compagne ou son compagnon. Les risques sont bien connus, entre celui de ne jamais décrocher ou de tout perdre en cas d'échec. Pourtant, on estime à 600.000 le nombre d'entreprises commerciales et artisanales qui étaient portées par un couple en France en 2017. Pour ces entrepreneurs, travailler avec sa moitié peut au contraire renforcer la confiance entre associés, à condition de ne pas se marcher sur les pieds. À l'occasion de la Saint-Valentin, plusieurs couples d'entrepreneurs livrent leur conseils pour travailler à deux dans l'émission La France bouge, vendredi sur Europe 1.

"Il faut séparer les tâches"

"A partir du moment où on sait devenir complémentaires, tout va bien", explique au micro d'Europe 1 Catherine Néressis, cofondatrice avec Patrick Jolly du journal De particulier à Particulier devenu le site d'annonces immobilières PAP. "Mais il faut malgré tout séparer les tâches parce que sinon on se marche dessus", conseille-t-elle. De quelques offres publiées dans sa version papier en 1975, la société est passée à 220 collaborateurs et entre 50.000 et 60.000 annonces de vente en ligne.

"Je n'ai pas ressenti de difficultés particulières. La vie privée et la vie professionnelle étaient totalement liées", raconte Patrick Jolly. "Notre vie était un tout et tournait autour de ce que nous faisions." A tel point qu'au cours des huit premiers mois du journal, alors qu'il perd de l'argent, le couple a pris "un gros risque" en investissant dans une campagne publicitaire dans le métro. Celle-ci lui a finalement permis de "gagner de l'argent". Dans le même temps, le duo habite à Gentilly, dans un "logement insalubre" selon Catherine Néressis, et se prive de déménager.

"S'épanouir dans un but commun"

"Il n'y a pas de limite entre le pro et le perso. Le tout c’est de ne pas se marcher sur les pieds et de s'épanouir dans un but commun", confirme Julien Larde, cofondateur avec Eliette Vincent du site Cocolis, lancé en 2016, qui propose un système de covoiturage de colis entre particuliers. "Comme on passe tout notre temps ensemble, on échange sur des problématiques d'entreprises et des problématiques perso. On a une symbiose qui est beaucoup plus forte que parmi d'autres associations", estime Eliette Vincent. "A côté de ça, le fait d'être entrepreneurs nous permet aussi d'avoir un équilibre de famille génial, parce qu'on s’occupe de nos enfants autant qu'on le souhaite, on passe du temps avec eux."

S'épanouir dans un but commun, c'est aussi ce que disent vivre Anthony Massei et Laëtitia Siepaio, les cofondateurs de la distillerie corse U Massicciu. "On a pas l’impression de travailler, on s'amuse encore à deux. On distille tous les deux, on créé le produit à deux", explique Anthony Massei. Spécialisé dans les spiritueux corses, le couple indique également respecter une certaine répartition du travail : plutôt la manutention pour lui et l'aspect commercial pour elle.

Europe 1
Par Jonathan Grelier