En Bourgogne, des vendanges historiquement précoces à cause de la canicule

  • A
  • A
raisin vendanges 2000*1000 1:25
Olivier Fichet a dû organiser sa récolte en deux jours, pour éviter que le raisin ne se charge trop en sucre et en alcool sous l'effet de la chaleur. © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Partagez sur :
Alors qu'il s'attendait à une récolte pendant la deuxième quinzaine d'août, une période déjà précoce, Olivier Fichet, le propriétaire du domaine du Fichet en Bourgogne, a dû organiser la cueillette du raisin dans l'urgence. Les fortes chaleurs ont porté le fruit à maturité en quelques jours seulement, prenant de court ce vigneron comme ses voisins bourguignons.

C'est un record historique. Les vendanges ont commencé mercredi dans certaines vignes de Bourgogne du sud, au domaine Fichet. La date du 12 août est la plus précoce jamais enregistré pour ce vignoble, battant le record établi pendant la canicule de 2003, qui avait vu la récolte débuter le 17 août. Le domaine Fichet n’est pas le premier à avoir vendangé : les premiers raisins ont été cueillis en Occitanie fin juillet, dans l'Aude et l'Hérault tout début août, mais cela reste remarquable pour un Bourgogne.

Une récolte inédite

"On n'a jamais vu ça, à la fois au domaine et en Bourgogne je pense. On se croirait dans le sud de la France, et encore ! C'est vraiment une année à marquer dans les annales et pourquoi pas même le noter sur les bouteilles", lâche Olivier Fichet au micro d’Europe 1. De l'exploitation familiale, il se rappelle les vendanges d'octobre, il y a une vingtaine d'années. Même en 2019, le 10 septembre pour sortir le sécateur, c'était déjà précoce.

Cette année, il s’attendait à vendanger entre le 18 et le 20 août, mais les dernières chaleurs ont tout précipité. "Lundi matin, je suis allé faire le tour des vignes, je me suis aperçu que les raisins avaient flétri. On s'est précipité lundi et mardi pour mettre en place notre matériel", explique le vigneron. D’autant qu’il est compliqué de rappeler du personnel en ces temps de congés.

Des cépages menacés par les fortes chaleurs à répétition

Chaque jour compte : sous la chaleur, les raisins perdent de leur jus, ils se concentrent en sucre et en alcool. "Je pense qu'on va faire une belle cuvée, le début commence bien sur la qualité mais ce n'est pas une chose très naturelle qu'on aimerait avoir tous les ans", explique Olivier Fichet. "En Bourgogne, on a des cépages comme le pinot noir qui supportent mal les grosses chaleurs. Je pense que si ça continue trop longtemps, ils risquent de disparaître petit à petit." Sur les hectares déjà récoltés dans l'urgence, Olivier Fichet estime avoir perdu 40% de sa production.

Europe 1
Par Marion Gauthier, édité par Romain David