Croissance en hausse, chômage en (légère) baisse : l'Insee de plus en plus optimiste

, modifié à
  • A
  • A
© AFP
Partagez sur :
L'Insee a réévalué à 1,9% sa prévision de croissance pour 2017. La dynamique doit permettre une nouvelle baisse du taux de chômage, à 9,4% mi-2018.

Une croissance jamais vue depuis 2011 : l'Insee a de nouveau relevé mardi sa prévision pour la France en 2017, à 1,9%, et anticipe un maintien de la cadence début 2018 qui ne fera toutefois que légèrement décroître le taux de chômage. C'est la deuxième fois que l'Institut national de la statistique révise à la hausse sa prévision de croissance pour cette année. Tablant initialement sur 1,6%, il avait revu en octobre dernier ce chiffre, le faisant passer à 1,8%.

Progression à suivre en 2018. Dans sa note de conjoncture trimestrielle, l'organisme public a encore rehaussé sa prévision de 0,1 point, se montrant plus optimiste que le gouvernement, la Banque de France, la Commission européenne et les autres organismes internationaux. Dans le détail, le PIB devrait ainsi augmenter de 0,6% sur les trois derniers mois de l'année, puis progresser de 0,5% au premier trimestre 2018. Il devrait ensuite légèrement ralentir à 0,4% au deuxième trimestre.

En revanche, le pouvoir d'achat des ménages devrait pâtir début 2018 du regain d'inflation et "des effets du calendrier fiscal", selon l'Insee. Les mesures défavorables au pouvoir d'achat (hausse de la CSG, de la fiscalité sur le tabac et les produits pétroliers) seront en effet concentrées sur le début d'année, tandis que les mesures favorables, en particulier la réduction de la taxe d'habitation, interviendront en fin d'année.

Légère baisse du chômage. Dans ce contexte d'embellie économique, le taux de chômage devrait tout de même rester élevé. Après avoir augmenté au troisième trimestre de façon inattendue à 9,7% de la population active dans la France entière, il devrait s'établir à mi-2018 à 9,4%.

Une lente décrue, qui s'explique en particulier par la réduction du nombre de contrats aidés décidée par le gouvernement. Dans le même temps, une étude Pôle emploi dévoilée mardi montre qu'entre 200.000 et 330.000 projets de recrutements ont été abandonnés "faute de candidats" en 2017.