Coronavirus : les salariés d'Amazon France dénoncent des pressions

  • A
  • A
Amazon 2:37
Bruno Le Maire s'est insurgé contre les pressions "inacceptables" qu'exercent Amazon envers ses salariés. © AFP
Partagez sur :
Bruno Le Maire s'est insurgé contre les pressions "inacceptables" qu'exerce Amazon envers ses salariés. Sur le site de Douai, les syndicats dénoncent des mesures sanitaires insuffisantes et des menaces de sanction en cas de droit de retrait. Contactée par Europe 1, l'entreprise assure faire passer en priorité la sécurité de ses employés. 
REPORTAGE

En pleine épidémie de coronavirus, le géant de la distribution par internet Amazon exerce des pressions "inacceptables" sur ses salariés, a estimé jeudi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Selon les syndicats et les salariés, le géant américain menace de sanctions les salariés qui feraient valoir leur droit de retrait. A Douai, on se félicite du soutien d’un membre du gouvernement mais devant les mesures de protection jugées largement insuffisantes, beaucoup de ces salariés vont travailler la peur au ventre.

"Il n'y a que l'Etat qui pourra faire bouger ce géant"

"Ils ont peur d’attraper le virus, ils regardent tout le monde en coin pour voir qui tousse", raconte un représentant du syndicat Sud Solidaire. "Ils rentrent comme à l’abattoir." Selon les syndicats, depuis le début de la semaine, la direction d’Amazon menace les salariés qui souhaitent bénéficier de leur droit de retrait de les sanctionner pour absence injustifiée.

La déclaration de Bruno Le Maire a soulagé les salariés. "Il était temps que quelqu'un qui représente l’Etat enfin bouge, mette la réalité en face des dirigeants. Peut être même que les dirigeants France ont peur, mais ils doivent suivre ce que dit Amazon. Il n’y a que l’Etat qui pourra faire bouger ce géant", ajoute le représentant syndical. 

Amazon se défend

L'entreprise de commerce électronique américaine aurait proposé parallèlement des négociations pour augmenter les salaires. Pour les syndicats, c'est une façon de monnayer la santé des salariés. Ils réclament une fermeture du site de Douai, ou du moins une réduction des expéditions aux produits de première nécessité. C'est le cas de la branche anglaise de la firme, qui limite ses expéditions aux urgences, comme des livraisons de matériel médical par exemple.

Contacté par Europe 1, Amazon assure que la santé et la sécurité des salariés restent la priorité absolue. "Nous respectons tous les droits de nos salariés. Nous continuons d’ajuster nos processus en fonction des recommandations du gouvernement et des autorités sanitaires locales. Et nous accompagnons l’adoption immédiate de ses consignes par nos salariés". 

Europe 1
Par Lionel Gougelot, avec AFP