Âge de départ, niveau de retraite : les régimes spéciaux de la SNCF et de la RATP sont-ils si avantageux ?

  • A
  • A
Les agents de la RATP, comme ceux de la SNCF, bénéficient d'un régime de retraites spécial.
Les agents de la RATP, comme ceux de la SNCF, bénéficient d'un régime de retraites spécial. © JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :
Les régimes de retraite de la SNCF et de la RATP, le réseau de transports parisien, sont au cœur des débats en ce jour de mobilisation. Notamment car leurs bénéficiaires s'opposent vigoureusement à la réforme des retraites du gouvernement. Mais sont-ils si avantageux ? Europe 1 fait le point. 
ON DÉCRYPTE

La grève contre la réforme des retraites s'étend à de nombreux métiers, des avocats aux professeurs. Mais le secteur des transports braque l'attention des Français. En son sein, ce sont notamment les salariés de la SNCF et de la RATP qui se mobilisent pour la défense de leurs régimes spéciaux. Des régimes sujets à quantité de fantasmes et d'idées reçues, et qu'Europe 1 a décidé d'examiner plus en détails. Que prévoient les systèmes de retraite des 135.000 salariés cotisants de la SNCF et 42.000 de la RATP ?

Des âges de départ à la retraite théoriques

À la SNCF, si vous êtes conducteur de train ou contrôleur, vous pouvez partir à la retraite dès l'âge de 52 ans, voire un peu plus tôt pour les plus anciens. Si vous travaillez dans les gares, les bureaux ou les ateliers, c'est 57 ans. Il faut simplement avoir cumulé une durée de service minimale (par exemple 17 années de conduite pour les conducteurs). Mais à 52 ou 57 ans, vous n'aurez pas une pension à taux plein car il y a aussi la nécessité d'avoir cotisé un certain nombre de trimestres.

Depuis 2008, cette durée de cotisation est en train de rattraper celle des salariés du privé. Si bien que, dans les faits, de moins en moins de cheminots partent dès l'âge de 52 ou de 57 ans. En moyenne aujourd'hui, le personnel roulant part à 53 ans et 7 mois, et le personnel sédentaire à 58 ans et 2 mois. Quant à la pension de retraite des cheminots, calculée sur les 6 derniers mois de salaire, elle est en moyenne de 2.080 euros brut, à condition d'avoir effectué une carrière complète... Ce qui n'est pas la situation la plus courante.

Des carrières rarement complètes

À la RATP, le système est très proche, avec les mêmes âges de départ : 52 ans pour les roulants et les salariés qui travaillent en sous-terrain, 57 ans pour ceux qui sont en atelier. Mais pour les mêmes raisons qu'à la SNCF, l'âge réel de départ est plus tardif : 55 ans et 7 mois en moyenne pour les roulants.

La pension de retraite moyenne des agents de la RATP a donné lieu à une polémique ces derniers jours. La Cour des comptes a sorti le chiffre de 3.705 euros brut. Sauf que, là aussi, c'est pour une carrière complète, ce qui est rarement le cas compte tenu des âges de départ effectifs. Dans les faits, la pension moyenne versée est d'un peu moins de 2.400 euros.

Europe 1
Par Olivier Samain, édité par Margaux Baralon