Vincent Lacoste : avant Les beaux gosses, "je ne m’imaginais pas acteur"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Invité de "L’équipée sauvage", lundi, sur Europe 1, l’acteur Vincent Lacoste raconte comment, à seulement 15 ans, le destin l’a poussé vers le cinéma alors qu’il n’y était pas prédestiné.
INTERVIEW

Il a seulement 26 ans et cumule déjà quatre nominations aux Césars. L’acteur Vincent Lacoste, révélé dans Les beaux gosses de Riad Sattouf, était l’invité de Matthieu Noël dans L’équipée sauvage, lundi, sur Europe 1.

Venu présenter Chambre 212, le nouveau film de Christophe Honoré où il partage l'affiche notamment avec Chiara Mastroianni, Vincent Lacoste est revenu sur sa carrière précoce qui a débuté par hasard, alors qu’il avait seulement 15 ans, avec Les beaux gosses.

"Une dame est venue apporter des papiers à tous les élèves qui étaient à la cantine", se souvient-il. "Un ami a passé le casting et a été rappelé. Je pensais pourtant que c’était impossible. J’ai donc redemandé le papier parce que je l’avais jeté. J’ai été au casting et j’ai été pris."

Il admet avoir recontacté l’agence uniquement "parce qu’un copain a été rappelé", car, à cet âge, ses motivations étaient tout autres. "J’aimais déjà le cinéma mais, à 15 ans, j’avais juste envie de passer en seconde et d’avoir mon brevet", précise-t-il.

Les conditions n’étaient par ailleurs réunies pour qu’il suive cette voie. "Je ne connaissais aucun acteur, mes parents ne faisaient pas ce métier et je ne m’imaginais pas acteur. Je n’en avais pas envie, tout simplement", explique-t-il.

"Une vie à peu près normale"

Après le succès des Beaux gosses, Vincent Lacoste a connu la célébrité très tôt. Un bouleversement dans sa vie d'adolescent qui l'a "un peu déstabilisé", selon lui, voire "intimidé". Dans la vie de tous les jours, son rôle (celui d’Hervé, un adolescent mal dans sa peau en pleine crise existentielle) était difficile à porter. "Quand on fait un film, que l’on devient connu, normalement, on a la classe. Là, pas vraiment. J’ai dû remonter la pente ensuite", se remémore-il.

Pourtant, au lycée, Vincent Lacoste a "continué à aller en cours" pour mener "une vie à peu près normale jusqu’en terminale". "Mes parents ne m’ont jamais poussé et Riad Sattouf est un ami très cher qui m’a beaucoup accompagné. Ça s’est fait petit à petit parce que certes, le film Les beaux gosses a fait un million d’entrées à sa sortie mais il n’en a pas fait non plus cinq. Je n’ai pas non plus joué dans Titanic."

Europe 1
Par Tiffany Fillon