Jean-Paul Rouve : "J'aime regarder nos contemporains"

  • A
  • A
Jean-Paul Rouve, Europe 1, 1280 1:52
Partagez sur :
Jean-Paul Rouve s'apprête à sortir son quatrième film en tant que réalisateur, "Lola et ses frères", dans lequel il aborde le sujet de la famille. Il explique à Nikos Aliagas, sur Europe 1, les raisons qui l'ont poussé à choisir ce thème.
INTERVIEW

"J'aime bien parler de la vie, j'aime bien parler de nous." C'est avec cette confidence, au micro de Nikos Aliagas sur Europe 1, que Jean-Paul Rouve explique le choix du thème de son quatrième film en tant que réalisateur, Lola et ses frères, dont la sortie est prévue le mercredi 28 novembre. Il s'agit de h'histoire d'une fratrie, avec ses hauts et ses bas, dans laquelle, outre Jean-Paul Rouve lui-même, on retrouve Ludivine Sagnier, José Garcia et Ramzy Bedia.

"Parler des non-dits dans les familles." C'est son goût pour "parler des petites choses de la vie, des non-dits dans les familles, des silences", qui a poussé l'acteur et réalisateur à aborder ce sujet avec une teinte "d'humour et d'émotion". "Ça me touche, j'aime regarder nos contemporains", explique-t-il. 

C'est donc un film très sociétal que Jean-Paul Rouve a souhaité réaliser : "Je me dis que, peut-être, s'il y a quelqu'un qui regarde ce film dans 20 ans, il se dira que c'est une image de la France des années 2010-2020." "Ce n'est pas du documentaire, ça reste du cinéma", tient-il à préciser malgré tout.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"Il y a beaucoup d'humanité dans Les Tuche." Avec la société d'aujourd'hui, l'actualité interpelle également Jean-Paul Rouve dans l'écriture de ses films. C'est notamment le cas avec Les Tuche, réalisé par Olivier Baroux et dont le troisième opus est sorti en début d'année. S'il tient à souligner qu'il ne l'a pas écrit tout seul, il explique avoir eu "envie de mettre des petites choses de la société dans ce film".

Mais il faut faire attention à ne "pas tomber dans un populisme facile" et "ne pas donner de leçons" avec un film de ce genre. "J'ai l'impression que ça a plu. Les gens s'y sont retrouvés parce qu'aussi, il y a beaucoup d'humanité dans Les Tuche", conclut-il.

Europe 1
Par Grégoire Duhourcau