Jalil Lespert : "Je suis très sensible à la musique, peut-être frustré de ne pas être musicien"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L'acteur et réalisateur Jalil Lespert revient dans "Le Club de l'Été" sur son rapport particulier à la musique, qu'il choisit avec soin pour ses films.
INTERVIEW

Jalil Lespert, au départ, est un acteur. Depuis 2007, c'est aussi un réalisateur, à qui l'on doit notamment Yves Saint Laurent (2014), la série Versailles (2015) ou encore Le Dindon, une comédie qui sortira en septembre. En revanche, il y a une chose que Jalil Lespert ne sait pas faire : de la musique. 

"Je suis complètement nul", confie-t-il au micro du "Club de l'Été" d'Europe 1, lundi. Ce qui ne l'empêche pas d'aimer ça. "Je suis très sensible à la musique en général et peut-être très frustré de ne pas être musicien donc je m'entoure de bons musiciens." Pour Yves Saint Laurent, il a ainsi travaillé avec le trompettiste Ibrahim Maalouf. C'est Ludovic Bource, à qui l'on doit entre autres les bandes originales des OSS de Michel Hazanavicius, qui a travaillé sur la partition du Dindon

"Henry Mancini était une de nos références"

Avec en tête un modèle : le compositeur américain Henry Mancini, auteur de la musique de la Panthère Rose ou encore du "Moon River" entonné par Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany's. "Evidemment, Mancini était une de nos références. On travaille en s'accrochant à deux ou trois références bien senties", confie Jalil Lespert.

Le réalisateur mise aussi sur des artistes contemporains. Il a ainsi choisi une musique du groupe M83 pour le générique de la série Versailles. Et suit de près l'actualité (ou la redécouverte) musicale. Dans la playlist de Jalil Lespert en ce moment ? "J'ai téléchargé Chance the rapper, Labi Siffre, un très très bon musicien, le dernier morceau de Bonobo, Dj Snake que je ne connaissais pas, et puis un vieux truc des années 1990, "Confetti's" de The Sound of C."