Gaël Tchakaloff : "Je voudrais continuer en littérature"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Sur Europe 1, la journaliste politique revient sur son livre "Vacarme", dans lequel elle s'aventure sur les pentes du roman autobiographique.
ANNE ROUMANOFF, ÇA FAIT DU BIEN

"Pas de carte de presse" revendiquée, mais une démarche assumée comme "du gonzo journalisme politique". Dans ses livres Lapins et merveilles (2016) et Divine Comédie (2017), Gaël Tchakaloff a toujours aimé se mettre en scène, provoquant soit la colère soit l'admiration de ses sujets ou confrères. Dans Vacarme, elle quitte la sphère du journalisme pour se livrer à un exercice beaucoup plus intime, le roman autobiographique, comme elle l'a raconté chez Anne Roumanoff lundi

"Le journalisme, (…) c'est une drogue"

"Peu à peu, je me suis rendu compte que Gaël Tchakaloff (son pseudonyme, ndlr) prenait plus de place que Lucile Buffet (son vrai nom, ndlr)", raconte Gaël Tchakaloff. Un constat qu'elle a établi il y a un an, au moment où elle débutait l'écriture de son livre. "Mes enfants, l'homme que j'aimais, m'ont dit : 'On ne sait pas qui tu es'", se souvient-elle. "Je pense qu'il y avait un dédoublement de personnalité tellement exacerbé qui faisait qu'ils ne savaient jamais s'ils étaient avec Gaël Tchakaloff ou avec Lucile Buffet."

Et cette dualité, la journaliste a voulu la creuser dans son roman. Une première pour elle, plutôt habituée à "s'intéresser à l'homme qui se cache derrière l'homme politique". Cette fois-ci, c'est elle-même que Gaël Tchakaloff a donc étudié. Un exercice qui lui a plu. "Je voudrais continuer en littérature", confie-t-elle ainsi, "mais arrêter le journalisme, je ne suis pas sûre, car c'est une drogue".

Europe 1
Par Europe1.fr