François-Xavier Demaison : "Quand on est acteur, on est sur son nombril"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
A l'affiche du film "All inclusive", l'acteur est revenu samedi sur son parcours atypique, d'avocat fiscaliste new yorkais à producteur.
INTERVIEW

Des parents avocats, deux sœurs et un frère avocats, aussi. Avec un tel entourage, il était logique que François-Xavier Demaison devienne... avocat, bien sûr. Mais un peu moins qu'il se change en acteur, humoriste, producteur et directeur de théâtre. C'est un parcours aux mille vies que l'artiste à l'affiche du film All inclusive, a présenté samedi en étant l'invité de l'émission Il n'y a pas qu'une vie dans la vie.

"Remplir le contrat". A entendre l’intéressé, issu d'un milieu bourgeois, sa trajectoire n'est pas si étrange : la bourgeoisie "est un terrain d’observation incroyable. Il y a tant de personnages et de travers à croquer. On prend tellement sur soi que le jour où ça pète, ça pète très fort", s'amuse l'acteur. Il a pourtant commencé par marcher sur la voie tracée en intégrant Sciences-Po. "J’avais cette passion du spectacle mais je me disais qu’il fallait faire des études, remplir le contrat vis-à-vis de mes parents." Il se marie à 25 ans et embrasse une "carrière sérieuse, par amour à l’époque", celle d'avocat fiscaliste à New York.

Entendu sur europe1 :
La vie était très courte et je ne voulais plus la perdre à la gagner

Le choc du 11-Septembre. Puis les attentats des tours jumelles en 2001 changent la donne. Le 11-Septembre agit comme un déclic. "Ça m’a fait comprendre que la vie était très courte et que je ne voulais plus la perdre à la gagner. Je voulais que chaque jour soit une aventure. Me dire que J’allais boire les meilleurs vins, J’allais faire des beaux voyages, avoir des rencontres sincères, des relations vraies avec les gens, vivre de ma passion, réaliser mes rêves." Il reprend le travail le surlendemain. Tient un an et demi et donne sa démission. "J’ai voulu être conforme, j’ai voulu être dans le moule et je l’ai cassé ce moule."

Un tournant avec Samuel Le Bihan. De retour en France, la rencontre de l'acteur Samuel Le Bihan s'avère décisive. Ce dernier voit l'humoriste en herbe au théâtre du Gymnase et décide de le produire. "Il n’avait jamais produit personne, il a eu un coup de cœur. Il est devenu producteur de mon spectacle et on a fait un carton ensemble", jusqu'à être nommé aux Molière. Les deux acteurs sont toujours amis et parrains de leur filles respectives. "Je suis très reconnaissant à Samuel de la manière dont il m’a accompagné pendant toutes ces années. C’est une présence précieuse à mes côtés depuis le début", souligne l'acteur.

Entendu sur europe1 :
Coluche affrontait la connerie humaine de plein fouet. Ça m’a fasciné, il était très courageux

De l'insolence de Coluche. D'abord humoriste et définitivement amoureux de la scène, François-Xavier Demaison joue aussi au cinéma. Nommé au César pour Coluche, l'histoire d'un mec sorti en 2008, le film a laissé des traces. "Ce n'est pas anodin d’incarner le plus grand des humoristes français. De le fréquenter quelques mois, de rentrer dans sa peau, il est resté peut-être des miettes de cette insolence. Coluche affrontait la connerie humaine de plein fouet. Ça m’a fasciné, il était très courageux. J’ai plus affirmé cette insolence sur scène après l’avoir incarné", affirme l'acteur.

"S'intéresser au talent des autres". Le comédien s'est à son tour engagé pour les autres. Pour ajouter le qualificatif de producteur à son parcours. Il a ainsi piloté la série Quadras sur M6, qui devrait bientôt revenir pour saison 2 et être adaptée aux États-Unis. Il est aussi codirecteur du théâtre de l’œuvre à Paris. Si sa passion est de monter sur scène, il aime cette diversité. "Pouvoir choisir ses projets, les talents avec qui on a envie de travailler, s’intéresse au talent des autres, ça remplit. Ça rend très heureux. Quand on est acteur on est sur son nombril, c’est très important aussi de s’intéresser aux autres."

Europe 1
Par Aurélie Dupuy