Festival de lectures en public : pour Hippolyte Girardot, "l'idéal serait de terminer avec une salle qui dort"

  • A
  • A
Hippolyte Girardot 1:15
Le comédien Hippolyte Girardot était invité lundi de Bonjour La France sur Europe 1. © Europe 1
Partagez sur :
Le comédien Hippolyte Girardot participe à la 5ème édition du festival Culturissimo, organisé dans les centres Leclerc à partir du 16 mai. Il lira en public des passages de romans qui l'ont marqué.
INTERVIEW

Hippolyte Girardot aime lire, quitte à le faire en public. Pour la deuxième fois, le comédien prêtera sa voix aux mots des autres dans le cadre de Culturissimo. Ce festival organisé du 16 mai au 27 juin par les centres Leclerc propose des lectures gratuites par des acteurs de renoms : Clotilde Courau, Jacques Weber, Nicole Garcia, Marie-Christine Barrault et Hippolyte Girardot se prêtent au jeu.

"Une voix qui emporte les gens ailleurs". "Cela renvoie à une expérience de nos vies, lorsque petits, on nous racontait des histoires", estime l'acteur célèbre pour son rôle de maître-chanteur dans Le Bon plaisir et dans le film Un monde sans pitié, d'Eric Rochant. "Cette voix qui porte un texte emporte les gens ailleurs et c'est formidable car à chaque fois ça marche. Pour moi l'idéal serait de terminer avec une salle qui dort. Je me dirais qu'enfin j'ai réussi à les emmener dans leur monde", confie Hyppolite Girardot lundi dans Bonjour la France.

"Quand on l'écoute, c'est comme de la musique". Le comédien proposera la lecture de deux passages, l'un tiré de Couleurs de l'incendie de Pierre Lemaître, lu à Vendôme le 24 mai et un autre issu du roman de Marc Dugain Ils vont tuer Robert Kennedy, le 29 mai à Bayeux. "La vraie intimité que l'on a avec un texte, c'est que l'on fait son propre rythme. Quand on l'écoute cela n'a rien à voir, c'est au-delà du texte, c'est comme de la musique", assure le comédien. "C'est une voix plus que le sens et les mots eux-mêmes".