Eric Judor sur "Roulez jeunesse!" : "J'ai vécu un deuil à chaque prise"

, modifié à
  • A
  • A
Eric Judor 1280 1:40
Partagez sur :
Avec "Roulez jeunesse !", Eric Judor a franchi une ligne qu'il s’était promis de ne pas dépasser. Le comédien est sorti de sa zone de confort pour être dans "l'émotion pure et dure". 
INTERVIEW

"Avec Roulez jeunesse !, je franchis une ligne que je m'étais promis de ne pas franchir. Comme quoi, je n'ai pas de parole". C'est avec son humour habituel et son rire communicatif qu'Eric Judor s'est livré à quelques confidences du tournage du prochain film qu'il porte : Roulez jeunesse !, dans lequel il incarne un dépanneur insouciant de 42 ans qui se retrouve avec trois enfants à gérer. Invité du Club de l'été d'Europe 1 lundi, le comédien explique pourquoi certaines scènes du film ont été douloureuses à jouer. 

"J'ai vécu un deuil à chaque prise". "Avec Platane ou Problemos, je tends vers un personnage assez réaliste, mais là je vais encore un peu plus loin : c'est de l'émotion pure et dure", explique le comédien au micro d'Europe 1. "Il a fallu que je pleure sur une ou deux séquences. Je suis complètement sorti d'un endroit où j'avais des mécaniques, une routine et je ne savais pas, avant de tourner ces séquences, si j'allais être capable de sortir ces émotions", confie-t-il. "L'idée était vraiment de faire sortir ces émotions et de ne pas les fabriquer. Je voulais vraiment être ému et c'était très douloureux parce que j'ai vécu un deuil à chaque prise". 

"J'ai vraiment eu l'impression d'être nu devant les techniciens". "J'étais très pudique, je pense l'être toujours, pour montrer certaines choses. J'ai vraiment eu l’impression d'être nu devant les techniciens, et maintenant devant les spectateurs, de montrer des choses que je n'ai montré qu'à ma femme et mes enfants ou ma mère", dévoile-t-il. Hasard du calendrier, ce nouveau rôle tombe alors que le comédien attend "à nouveau des enfants", occasion de dévoiler quel genre de père il est à la ville. "J'oscille entre irresponsable, extrêmement responsable et trop sévère en fonction de mon humeur", lâche-t-il dans un rire. 

Vers un late show avec Ramzi Bédia

En plus de l’écriture de la troisième saison de "Platane" pour Canal+, Eric Judor a un autre projet qui arrivera "sensiblement au même terme que 'Platane'. (…) En fait, le public nous manque. Faire des vannes et entendre les gens rirent tout de suite est notre adrénaline. On a envie de parler et de déconner avec des gens, faire des mini-sketchs et entendre les rires", explique-t-il. Parce que quand on écrit 'Platane', le temps que la vanne soit préparée, mise en scène, tournée, montée le public rit un an plus tard, voire cinq ans plus tard. Il y a ce délai que j’ai envie de réduire, j’ai envie d’entendre les gens rirent, du contact avec le public".

Europe 1
Par Ugo Pascolo