Comment Zabou Breitman a convaincu Bernard Campan de jouer des rôles dramatiques

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Chez Anne Roumanoff, le comédien raconte comment la réalisatrice l'a convaincu qu'il pouvait jouer des rôles sérieux, alors qu'il était seulement connu pour ses saillies comiques avec les Inconnus.
ANNE ROUMANOFF, ÇA FAIT DU BIEN

Bernard Campan et Isabelle Carré sont actuellement à l'affiche de la pièce La Dégustation, d'Ivan Calbérac, 17 ans après tourné ensemble Se souvenir des belles choses. Chez Anne Roumanoff lundi, le comédien est revenu sur ce rôle dramatique de 2001 qui a marqué un tournant dans sa vie, alors qu'il était reconnu comme un comique avec le trio des Inconnus.

 

>> De 11h à 12h30, c’est tous les jours Anne Roumanoff sur Europe 1 ! Retrouvez le replay de l’émission ici

"Mon premier film et rôle sérieux". Révélé avec ses compères Didier Bourdon et Pascal Légitimus, Bernard Campan était estampillé "comique des Inconnus" à la fin des années 1980 et dans les années 1990. Le trio s'était même essayé au cinéma (Les trois frères, 1995 ; Le Pari, 1997 ), rencontrant un beau succès. Mais en 2002, changement radical pour Bernard Campan. Le comédien se retrouve dans un rôle dramatique, dans Se souvenir des belles choses de Zabou Breitman, pour lequel il est nommé aux César. "Elle cherchait quelqu’un qui avait un nom, sans en avoir un. Je correspondais bien à cela : venant des Inconnus, j’avais un nom, mais en même temps c’était mon premier film et rôle sérieux", se souvient l'acteur.

"C'était moi qui étais sceptique au départ". Dès lors, Bernard Campan va sortir de cette image de comique. Il y aura notamment d'autres films comme Le coeur des hommes (2003), Combien tu m'aimes ? (2005) ou encore L'homme de sa vie (2006). La réalisatrice Zabou Breitman a finalement servi de révélateur. "Je pensais que ce n’était pas pour moi. C’est Zabou Breitman qui m’a permis de comprendre qu’en étant simplement détendu et moi-même, je pouvais incarner de tels personnages", confie le comédien, "c'était moi qui étais sceptique au départ."