Comment le prince George a boosté les ventes de lentilles du Puy

  • A
  • A
Partagez sur :
En 2017, pour son premier jour dans sa très chic école maternelle, le prince George, héritier de la couronne d'Angleterre, a dégusté des lentilles vertes du Puy-en-Velay. En quelques jours, les ventes ont explosé et l'entreprise française qui les produit Sabarot a dû s'adapter.
PODCAST

Qui aurait cru que les petits Anglais raffoleraient des lentilles vertes du Puy-en-Velay et qu’elles deviendraient la légumineuse star outre-Manche ? C’est pourtant ce qui est arrivé il y a trois ans grâce au prince George. Le 7 septembre 2017, pour la rentrée en maternelle de l'héritier de la couronne d'Angleterre, dans la très chic école Thomas’s Battersea de Londres, la presse couvre l'évènement. Elle est à l'affût de la moindre petite information. Le menu de la cantine, qui prône une nourriture saine, idéale pour la concentration, est lui-même scruté à la loupe. Or ce jour-là, ce n'est pas "steak frites" dans l’assiette de George mais du maquereau fumé et des lentilles. Des lentilles vertes précisément, produites par l'entreprise française Sabarot. 

Ce n’est qu’un détail en apparence mais l’information circule à vitesse grand V après que le tabloïd Daily Mail en a fait mention dans l'un de ses articles. Grâce à la popularité du petit prince et de la famille royale britannique, les Anglais vont se mettre à goûter ces légumineuses françaises, se souvient Antoine Wessner le PDG de Sabarot dans le podcast Europe 1 Studio "Marques de Famille", produit en partenariat avec Harmonie Mutuelle.

Les commandes de lentilles explosent

Les commandes des grossistes anglais explosent. Puis par effet de mode, le succès des lentilles Sabarot devient mondial ! Antoine Wassner confie même avoir été interpellé par un Américain sur un salon professionnel : il souhaitait commander "les lentilles du prince George".

Un grand chamboulement pour l'entreprise

Pour l'entreprise familiale Sabarot, ce coup de pub inattendu fait l'effet d'une tempête. Comment l’affronter ? "En équipe forcément. Aujourd’hui on ne peut pas faire face à un raz-de-marée de commandes tout seul", explique Antoine Wassner, le PDG du groupe Sabarot-Wassner dans "Marques de Famille". "Même si dans une entreprise familiale, on est à 200% dans son entreprise, on a besoin d’équipe, c’est quelque chose qui est essentiel".

Vous voulez écouter les autres épisodes de "Marques de famille"

>> Retrouvez-les sur notre site Europe1.fr et sur Apple PodcastsGoogle podcastsSoundCloudDeezer, Dailymotion et YouTube, ou vos plateformes habituelles d’écoute.

>> Retrouvez ici le mode d'emploi pour écouter tous les podcasts d'Europe 1

Europe 1
Par Salomé Journo