Banlieue : pour le maire de Montfermeil, "Les Misérables" est un "film d'espoir"

, modifié à
  • A
  • A
xavier lemoine 7:10
Le maire de Montfermeil Xavier Lemoine quitte l'hôtel Matignon, le 25 mai 2010 à Paris. © OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP
Partagez sur :
Le film "Les Misérables", en compétition aux Oscars dimanche soir, montre le quotidien de la ville de Montfermeil dans les années 2000. Depuis, les choses ont beaucoup changé, selon le maire de la commune. Le long métrage "montre une situation qui a existé, mais quinze ans après, nous en sommes à un tout autre stade", estime Xavier Lemoine sur Europe 1.
INTERVIEW

Portant un regard très dur sur la situation dans les banlieues et les quartiers en France, le film Les Misérables de Ladj Ly est en compétition aux Oscars, qui auront lieu dans la nuit de dimanche à lundi, à Hollywood, aux États-Unis. Pour l'occasion, Europe 1 dimanche a reçu Xavier Lemoine, le maire de Montfermeil, la ville de Seine-Saint-Denis où l'intrigue du film se déroule. 

Xavier Lemoine, maire rattaché au Parti démocrate chrétien, salue, au micro de François Clauss, un film "puissant dans son écriture". Selon lui, il témoigne de la situation de Montfermeil à l'époque. C'est un film "juste et vrai, il y a quinze ans", "un film d'espoir". "Il montre une situation qui a existé, que je ne renie pas, que nous avons vécue mais quinze ans après, nous en sommes à un tout autre stade", affirme Xavier Lemoine. 

Fruit d'un "travail collectif"

Comme preuve de la transition de Montfermeil, il ajoute que le film "n'a pas été tourné dans la ville". Un constat qui s'explique par le "fait qu'il y a eu un travail collectif", selon lui. Il affirme avoir effectué d'abord un travail de rénovation de sa ville, un changement essentiel avant d'entreprendre des changements de fond. "On a commencé par l'urbain en redonnant dignité et fierté", notamment par "la qualité de l'architecture, de l'urbanisme et de l'espace public", avant de mettre en place des "politiques sociales, éducatives et culturelles". 

 

D'après lui, à travers Les Misérables, Montfermeil fait même figure d'exemple. "Il montre, à un moment, l'absence de la puissance publique. Dès lors qu'elle revient et devient crédible, alors les choses peuvent changer", explique Xavier Lemoine. 

Pour soutenir ce film aux Oscars, une quarantaine d'enfants de la ville, membres du club de foot ou de l'école de cinéma de Ladj Ly, sont allés à Hollywood, où la 92e cérémonie a lieu. "Un fierté pour toute la population de la ville", commente Xavier Lemoine. 

 

Europe 1
Par Tiffany Fillon