Mort d'Albert Uderzo : "Mon père et lui ont créé un mythe" avec Asterix, réagit Anne Goscinny

, modifié à
  • A
  • A
Uderzo Goscinny Astérix 1967 AFP 5:42
Albert Uderzo (à gauche) et René Goscinny (à droite) en 1967. © AFP
Partagez sur :
Anne Goscinny, la fille du co-créateur d’Astérix, a rendu hommage à Albert Uderzo, disparu mardi à l’âge de 92 ans. "Astérix leur survivra très longtemps à tous les deux", a-t-elle assuré sur Europe 1.
INTERVIEW

Astérix et Obélix sont orphelins. Albert Uderzo, l’un des deux "papas" de la célèbre bande dessinée, est mort mardi à l’âge de 92 ans. Anne Goscinny, la fille de René, co-créateur d’Astérix, a rendu sur Europe 1 un vibrant hommage au travail des deux hommes. "Mon père et Albert ont créé plus qu’une œuvre, un mythe. Astérix leur survivra très longtemps à tous les deux. Pour entendre la voix de mon père, il faut que je tourne les pages d’un album d’Astérix. Je ferai pareil pour entendre le rire d’Albert", a-t-elle réagi avec émotion.

"Depuis que Sylvie (la fille d’Albert Uderzo) m’a appelé, je revis la mort de mon père il y a 42 ans (René Goscinny est mort en 1977). Je me souviens de la dignité d’Albert Uderzo quand mon père est mort. Moi j’ai perdu un père, mais lui a perdu son meilleur ami, son compagnon de jeu et de travail."

"Mon père était très différent d’Albert, et pourtant tout les unissait"

Anne Goscinny a également évoqué la relation si particulière qui unissait son père à Albert Uderzo. "Mon père était très différent d’Albert, et pourtant tout les unissait", se souvient-t-elle. "(Albert Uderzo) a continué Astérix avec le souvenir de la complicité et de l’amitié qui l’unissaient à mon père. C’était deux amis comme on en voit nulle part. Ils étaient très différents l’un de l’autre : l’un aimait la campagne, l’autre aimait la ville, l’un aimait les animaux alors que l’autre les fuyait", raconte-t-elle.

"J’ai des souvenirs d’Albert dans sa maison de campagne où on allait souvent le week-end, surtout après la mort de mon père. Albert avait des chiens et plus tard des poules, ça me fascinait", se remémore Anne Goscinny. "J’étais aussi fascinée par la différence entre mon père et Albert, et l’amitié que je pouvais percevoir entre eux. Ça m’a appris très tôt que pour être amis il faut parfois être différents et très complémentaires."