André Dussollier : "Étienne Chatiliez dirait que Tanguy est un psychopathe"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
En 2001, le film "Tanguy" était un succès. Dix-huit ans plus tard, l'enfant terrible revient chez ses parents. L'équipe d'acteurs est toujours la même, dont André Dussollier qui s'est confié à Europe 1.
INTERVIEW

À 28 ans, il était encore chez ses parents. À 44 ans, il est... de retour chez ses parents. Dix-huit après la sortie de Tanguy, Etienne Chatiliez propose la suite du film qui a fait passer le prénom au rang d'expression familière. Tout le casting a rempilé pour Tanguy, le retour : Éric Berger dans le rôle titre et ses parents de cinéma, Sabine Azema et André Dussollier. Ce dernier était pour l’occasion l'invité de l'émission Il n'y a pas qu'une vie dans la vie. Au micro d'Isabelle Morizet, il a raconté les coulisses de ce deuxième tournage et comparé la situation de Tanguy à sa propre vie.

Encore plus loin qu'en 2001

Alors qu'ils avaient eu énormément de mal à se débarrasser de leur rejeton, les parents de Tanguy coulaient des jours heureux depuis son départ tardif. Mais quitté par sa femme, le fils "inattaquable mais insupportable" revient prendre sa place dans le nid. "Il s’incruste, c’est sa nature d’être là", commente André Dussollier, qui différencie la situation du film d'un retour chez les parents purement économique. Dans ce cas, "c’est un peu difficile pour tout le monde. Là, Tanguy, c’est un peu autre chose. Étienne Chatiliez dirait que Tanguy est un psychopathe. Il ne peut pas s’empêcher de revenir à la maison parce qu’il est bien là."

Le cinéaste n'hésite pas à aller plus loin qu'en 2001. "Il a une façon inattendue de dévoiler des choses que d’habitude, on ne dévoile pas. Parler de son enfant comme ça, ça n’est pas admis", souligne le comédien. Mais si le pitch du film existe dans la vraie vie - c'est d'ailleurs un fait divers qui avait soufflé l'idée du film originel au réalisateur - le comédien André Dussollier était, lui, loin de ressembler à un Tanguy dans sa propre vie.

André Dussolier, loin d'être un Tanguy

"Quand j’avais 23 ans, j’avais vraiment envie de partir de chez moi, de ne pas suivre la voie tracée", se souvient l'acteur dont les parents espéraient qu'il devienne "sous préfet et au pire, pharmacien". Raison pour laquelle il avait quand même fait des études supérieures puis s'était inscrit par dérogation au conservatoire, après la limite d'âge.

À leur tour, si les propres enfants de l'acteur ne sont pas non plus des Tanguy, ils suivent néanmoins le sillon paternel malgré quelques chemins de traverse, à l'image de Léo Dussollier. D'abord juriste puis journaliste sportif, il a embrassé la carrière de comédien. "Il voulait faire autre chose et il a été rattrapé par son désir. Il Joue dans Le Misanthrope avec Lambert Wilson", lance André Dussollier, plutôt fier.

Europe 1
Par Aurélie Dupuy