"Alamo", "Un jour sans fin", "Le Mépris" : les films de la vie de François Berléand

, modifié à
  • A
  • A
© Capture d'écran Europe 1
Partagez sur :
Dans l'émission cinéma d'Europe 1, "CLAP !", un invité se prête chaque semaine à un questionnaire cinéma sur les films de sa vie. Samedi, c'est l'acteur François Berléand qui a répondu aux questions de Mathieu Charrier sur ses longs métrages mémorables, depuis son premier vrai souvenir sur grand écran jusqu'à sa bande-originale préférée.

Tous les samedis pendant une heure dans CLAP !, le spécialiste cinéma d'Europe 1, Mathieu Charrier, fait le tour de l'actualité du septième art. Chaque semaine, un invité, qu'il soit ou non du monde du cinéma, se soumet à un questionnaire personnel sur les films de sa vie. Samedi, c'est l'acteur François Berléand qui s'est plongé dans ses souvenirs cinéphiles, marqués par John Wayne, Bill Murray ou encore Brigitte Bardot sur la musique envoûtante de Georges Delerue. 

Quel est votre premier souvenir de cinéma ?

C'était Alamo, un film avec John Wayne dans les années 1960. Je devais avoir 8 ans et j'étais allé voir ça avec mon père. C'était la grosse sortie, on y est allés en métro, sur les Grands Boulevards, dans un cinéma devenu depuis un Joué Club. À l'époque je ne pensais pas encore à être acteur. 

Votre meilleur souvenir en salles ?

Ben-Hur. Je me souviens de l'entracte car il y avait les glaces Miko qui avaient distribué gratuitement des chocolats et des esquimaux. C'était une orgie, je m'en souviens parfaitement. 

Le film que vous aimez mais vous avez honte d'avouer ?

La gueule de l'autre, de Pierre Tchernia. En même temps je ne vois pas pourquoi j'aurais honte. Si, un peu, parce que c'est un film drôle à voir au vingt-cinquième degré, si on le regarde au premier degré c'est un peu bébête. C'était avec Michel Serrault, mon idole absolu, et Jean Poiret. Pour moi, c'est un film de chevet. On me l'a même offert en DVD pour assouvir ma passion de Michel Serrault.

Un dialogue que vous connaissez par cœur ?

Dans Les grandes familles, il y a une scène entre Jean Gabin et Pierre Brasseur et le second dit au premier : 'Dix couples chez toi, c'est une réception, chez moi, c'est une partouze. Et le lendemain si nous avons des boutons toi c'est le homard, moi c'est la vérole.'

Le film que vous conseilleriez à votre meilleur ami ? 

Un jour sans fin. C'est un film que j'aime énormément et Bill Murray est éblouissant. En général, les films avec lui me plaisent beaucoup. Il y a aussi Lost in translation que j'aime beaucoup. C'est mon acteur américain préféré.

Le film que vous auriez aimé voir au cinéma

C'est difficile de répondre à cette question car je suis vraiment un grand amateur de cinéma donc tous les films que j'ai eu envie de voir, je les ai vus sur grand écran. Peut-être Les enfants du paradis, que je n'ai vu qu'à la télévision. 

La bande-originale qui a marqué votre vie ?

Celle du Mépris, composée par Georges Delerue. La musique est tellement extraordinaire, c'est fort. Evidemment celle qui a marqué ma vie c'est celle des Choristes [film dans lequel François Berléand joue, ndlr] mais je ne la supportais plus tant on me la chantait dès que j'arrivais. Celle du Mépris est tellement magnifique...