France-Croatie : la finale perdue de 2016 ? "Un petit supplément de motivation" pour Arnaud Hermant

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

Les Bleus s'étaient inclinés face au Portugal (0-1, a.p.) en finale de l'Euro 2016. Cette désillusion pourrait s'avérer utile à l'équipe de France avant sa finale de Coupe du monde contre la Croatie, estime le journaliste de "L'Equipe".

L'AVIS DE

C'était il y a deux ans, mais la blessure n'est toujours pas guérie. Le 10 juillet 2016, les Français s'inclinaient en finale de LEUR Euro face au Portugal (0-1, a.p.). Aujourd'hui, l'équipe de France a l'occasion de laisser ce terrible souvenir derrière elle avec une nouvelle finale. Cette fois, c'est en Coupe du monde contre la Croatie.

Le souvenir de 2016, "quelque chose de positif". Et pour Arnaud Hermant, cette désillusion subie en 2016 pourrait être utile aux Bleus de 2018 avant la finale de dimanche. "Je pense que ça va être quelque chose de positif", estime le journaliste de L'Equipe dans l'émission Bons baisers du Mondial sur Europe 1. Cette expérience difficile, "va servir à double titre" : "Ça va servir parce que ça va être, je pense, un petit supplément de motivation et aussi une piqûre de rappel."

Arnaud Hermant rappelle toutefois que "ce n'est pas non plus exactement le même contexte" car, contrairement à ce qu'il s'était passé en 2016, cette fois, les hommes de Didier Deschamps "ont une journée de récupération de plus que leur adversaire". Effectivement, les Bleus ont disputé leur demi-finale mardi tandis que les Croates, eux, ont joué 24 heures plus tard. "Il y a deux ans, face au Portugais, c’était l’inverse", se souvient le journaliste de l'Equipe.

La fatigue, clé de la finale ? Et ce dernier élément pourrait s'avérer encore plus décisif cette fois-ci. La Croatie a disputé trois prolongations en huitièmes, quarts et demi-finales. Au total, cela fait un match joué de plus que la France. "La Croatie est une équipe que j’apprécie mais je pense que, à un moment ou à un autre, elle va sentir cette fatigue", lâche Arnaud Hermant. Aux Bleus d'en profiter afin de chasser définitivement les fantômes de 2016.