Coupe du monde : Pavard "prêt à aller au combat" contre la Belgique

  • A
  • A
Benjamin Pavard ressentait encore dimanche un coup reçu à la cuisse droite contre l'Uruguay vendredi mais il s'est dit "apte" pour mardi.
Benjamin Pavard ressentait encore dimanche un coup reçu à la cuisse droite contre l'Uruguay vendredi mais il s'est dit "apte" pour mardi. © AFP
Partagez sur :
"Je mouille le maillot et je suis apte, prêt à aller au combat", a assuré Benjamin Pavart en conférence de presse, ajoutant ressentir encore une douleur à la cuisse droite.

L'arrière droit de l'équipe de France Benjamin Pavard ressentait encore dimanche un coup reçu à la cuisse droite contre l'Uruguay vendredi en quarts de finale (2-0) mais s'est dit "apte" contre la Belgique mardi en demi-finales de la Coupe du monde. "Je me suis pris beaucoup de coups, j'ai joué sur une jambe, j'avais vraiment mal mais je suis un guerrier, je mouille le maillot et je suis apte, prêt à aller au combat", a-t-il dit en conférence de presse.

"Il m'a mis une grosse béquille". "Le coup de (Luis) Suarez que je prends, ça va m'apprendre, je vais peut-être mettre plus d'agressivité et moins y aller tranquillement, pour moins prendre de coups, parce qu'il m'a vraiment mis un sacré coup, il m'a mis une grosse béquille. Je la ressens encore aujourd'hui (dimanche), mais tout va bien, ça fait partie du foot et ce sont des choses qu'il faut apprendre", a-t-il ajouté. 

"Pas de pression particulière" face aux Belges. Interrogé sur les duels à venir contre les attaquants belges, il a assuré qu'il n'y avait "pas de pression particulière". "On a joué auparavant contre de très grands joueurs, comme Messi, Suarez, on n'a peur de personne. On va rester sur nos gardes, on va travailler avec l'analyse vidéo pour bien les bloquer. C'est un énorme boulot des membres du staff chargés de la vidéo, ils sont H24 à travailler et à nous donner des astuces", a-t-il expliqué.

Deschamps, "un très grand coach". Benjamin Pavard a également loué le leadership de Didier Deschamps. "C'est quelqu'un de vraiment important, tout le monde le connaît, il était le capitaine de l'équipe de France et a gagné la Coupe du monde. Il est sélectionneur aujourd'hui et évoluer sous ses ordres, c'est exceptionnel", assure-t-il. "Il donne des petits conseils qui permettent d'évoluer, je suis jeune et cela ne fait pas longtemps que je suis pro. C'est une très grande personne et un très grand coach. Il gère bien les titulaires et les remplacements: on l'a vu au premier match (France-Australie 2-1, ndlr), quand les remplaçants sont rentrés, ils ont mouillé le maillot. Il a des mots forts qui motivent, on est prêts à aller à la guerre avec lui".

Pavard touché par la chanson qui lui est consacrée

Benjamin Pavard a également confié dimanche vivre "plutôt bien" sa nouvelle popularité et le chant qui lui est consacré : "C'est sûr que ça fait toujours plaisir que des supporters chantent mon nom, et cette musique-là est plutôt marrante. Ça me touche forcément. Je bosse toujours pour être le plus performant possible, et cette musique plutôt sympa est une récompense".