Coupe du monde 2018 : l’Allemagne entame la compétition sans certitude

, modifié à
  • A
  • A
Manuel Neuer, le gardien allemand, revient juste de blessure.
Manuel Neuer, le gardien allemand, revient juste de blessure. © JOE KLAMAR
Partagez sur :
La Mannschaft, tenante du titre, démarre sa Coupe du monde dans un contexte troublé : matches amicaux difficiles, gardien star en difficulté et polémiques.

Le monde entier attend de la voir triompher. D’après un sondage Ipsos, l’Allemagne est même la grande favorite du Mondial devant le Brésil et l’Espagne, avec 23% de pronostics de victoire. Nos voisins germains, champions du monde en titre, sont pourtant loin d’avoir la même certitude. Polémiques avec les joueurs allemands d’origine turque, un Manuel Neuer qui revient juste de blessure et des matches amicaux pas forcément convaincants : la préparation des hommes de Joachim Löw a été compliquée.

Et tout commença par une photo…

Un cliché qui fait polémique. Deux joueurs d’origine turque, Mesut Özil et İlkay Gündoğan ont posé avec le très contesté président de la Turquie, Reçep Tayip Erdogan, avec un petit mot signé du milieu de Manchester City : “Pour mon président, avec tout mon respect”. Alors que la tension diplomatique entre Ankara et Berlin est au sommet, la photo a fait un scandale national. Certains parlent même de traîtres à la nation. Le président de la fédération allemande de football a alors déclaré que sa fédération défendait des valeurs “qui ne sont pas complètement prises en compte par monsieur Erdogan”.

Et en plus les politiques s’en mêlent, et ne sont pas tendres avec les deux joueurs. A tel point qu’Angela Merkel a dû répondre à une question sur le sujet et a donné son soutien aux joueurs : “Nous avons besoin d'eux pour jouer notre meilleur football. Je serai heureuse, si, au lieu de les siffler, nos supporters les applaudissaient”. Car lors du dernier match amical de l’Allemagne contre l’Autriche, İlkay Gündoğan a été copieusement sifflé par le public de Klagenfurt. Des sifflets que son sélectionneur, Joachim Löw, ne comprend pas : “Dans le cas d'İlkay, il a parlé à plusieurs reprises aux médias et au public. Il n'avait pas l'intention d'envoyer un message politique. On devrait passer à autre chose maintenant”.

Neuer pas à 100% ?

Le 17 septembre 2017, l’Allemagne vacille. Son gardien, Manuel Neuer vient de se blesser sérieusement au pied, à l’entraînement avec le Bayern Munich. Une deuxième blessure en moins de six mois, puisqu’il était sorti sur civière en quarts de finale de Ligue des champions, en avril. Indisponibilité : huit mois. Le joueur n’a repris l’entraînement que fin avril et n’a joué ses premières rencontres que lors des matches de préparation avec l’Allemagne. Son état de santé à toutefois rassuré le sélectionneur, Joachim Löw, qui a décidé de le maintenir dans sa liste des vingt-trois.

Le grand perdant, c’est Marc-André Ter Stegen, le gardien du FC Barcelone et forcé de jouer la doublure en présence de Neuer. Malgré ce contexte, Neuer apparaît confiant : "Je n’ai jamais perdu ma confiance et maintenant je suis convaincu que je peux gérer l’intensité d’un tournoi comme la Coupe du Monde. J’ai toujours été optimiste. Si je n’y avais pas cru, je ne serais pas là pour parler de ma Coupe du Monde".

Des matches de préparation difficiles

Sur le terrain, les champions du monde en titre ne se sont pas rassurés. Après leur parcours de qualification parfait (10 matches, 10 victoires, 43 buts marqués et seulement 4 encaissés). Mais depuis novembre dernier, les matches amicaux ne sont guère convaincants. Trois nuls face à l’Angleterre (0-0), la France (2-2) et l’Espagne (1-1), puis une défaite contre le Brésil (1-0). Et ces dernières semaines ne sont pas plus rassurantes.

Le 2 juin dernier, l’Allemagne a ainsi perdu (2-1) contre le voisin autrichien. Quelques jours plus tard, la rencontre contre l’Arabie saoudite n’est pas plus réconfortante. Il a fallu un but contre son camp du saoudien Al-Jassim pour que l’Allemagne s’en sorte et l’emporte 2-1. L’Arabie saoudite a même failli égaliser dans le temps additionnel. Malgré ces derniers mois difficiles, l’Allemagne part en Russie avec dans l’espoir d’accrocher une cinquième étoile pour, ainsi, égaliser le record de victoires détenu par le Brésil.

Europe 1
Par Maxime Martinez