Coupe du monde : avant France-Belgique, Tintin et Astérix en "Une" de la presse

  • A
  • A
Les titres de la presse nationale française ont choisi de faire un clin d’œil à la bande dessinée, dimanche.
Les titres de la presse nationale française ont choisi de faire un clin d’œil à la bande dessinée, dimanche. © Captures Twitter/Europe 1
Partagez sur :
Plusieurs titres de la presse nationale française ont choisi d'illustrer leurs sujets sur la demi-finale à venir par un clin d’œil à la bande dessinée française et belge, dimanche.   
REVUE DE PRESSE

Casque contre casque, deux personnages semblent sur le point d'en venir aux mains. "Si vous êtes les plus braves, il faudra le prouver !", lance l'un d'entre eux. "C'est ce que j'allais proposer ! Faisons un concours !", répond l'autre. À deux jours de la demi-finale de Coupe du monde "entre voisins", qui opposera la France à la Belgique, la métaphore est posée en "Une" du JDD, dimanche : comme d'autres journaux, le titre national a choisi d'illustrer le match à venir avec des héros de la bande dessinée, issus, en l’occurrence... d'Astérix chez les Belges.  

"Vieilles rivalités et tendres complicités". Même choix en couverture du Parisien, dimanche : le journal met à l'honneur le héros Gaulois des Français Goscinny et Uderzo sur fond de ciel bleu, pour évoquer les "vieilles rivalités et tendres complicités" entre les deux pays. Sur la même "Une", Le Parisien a choisi de glisser à ses côtés le personnage belge de Tintin, accompagné de son chien Milou... Une manière d'instaurer le duel sur un tout autre terrain que celui du sport.  

Objectif Lune dans l'Équipe. La référence est encore plus subtile dans l'Équipe, dont le dessinateur Soulcié s'est inspiré de l'oeuvre d'Hergé et reprend son titre Objectif Lune, avec une voiture de l'équipe de France fonçant vers la fusée symbolisant la finale. À bord : Didier Deschamps, Olivier Giroud et Noël Le Graët. Devant eux : les Belges De Bruyne, Lukaku et Courtois, visiblement décidés à en découdre. "Les Diables Rouges gardent une place à part dans l'histoire des Bleus", rappelle le quotidien.