Belgique : pendant la Coupe du monde, l'union nationale prime

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :

L'engouement de la Belgique pour sa sélection semble prendre de l'ampleur depuis le début de la Coupe du monde. "C’est le seul sujet sur lequel on ne parle pas de questions communautaires", relève le sociologue du sport Jean-Michel de Waele.

INTERVIEW

L'union fait la force. Pendant la Coupe du monde, le peuple belge respecte sa devise à la lettre. L'engouement derrière la sélection est presque palpable outre-Quiévrain. Et cela s'explique notamment par les très bonnes prestations des Diables Rouges lors du premier tour du Mondial. Sortie en tête du groupe G avec trois victoires en autant de matches, la Belgique est l'une des trois seules équipes (avec l'Uruguay et la Croatie) à avoir fait le plein de points au terme de la phase de poules.

"Il y avait quand même beaucoup de doutes." Pourtant, "on est parti dans cette Coupe du monde avec pas mal de doutes", confie l'universitaire belge et sociologue du sport Jean-Michel De Waele dans l'émission Bons baisers du Mondial sur Europe 1 : "Il y a quelques semaines, quelques mois, il y avait quand même beaucoup de doutes, beaucoup de critiques."

"Le seul sujet sur lequel on ne parle pas des questions communautaires." Mais, "petit à petit, il y a une dynamique positive qui semble s’installer et le public belge semble de nouveau être derrière ses diables", note-t-il. Et "ce qui est très étonnant", c'est que la sélection nationale belge "est le seul sujet sur lequel on ne parle pas des questions communautaires" : "Personne ne se pose la question de savoir si tel ou tel joueur est Flamand ou Wallon, si ses parents sont nés en Belgique ou pas."

"Le jour où la victoire ne sera plus là..." La Belgique savoure donc ce Mondial russe mais, "le jour où la victoire ne sera pas là, on verra bien si l’unité nationale reste présente", tempère Jean-Michel De Waele. Vainqueurs de l'Angleterre (1-0), jeudi soir, les Belges affronteront le Japon en huitièmes de finale, lundi à 20h. L'unité nationale devrait au moins perdurer jusque là.